Sécheresse : des maisons gravement fissurées dans le Nord

Des propriétaires victimes de la sécheresse sont désemparés face à l'ampleur et aux coûts des travaux à engager pour réparer leurs maisons endommagées. À Maroilles (Nord), une octogénaire est même obligée de vivre dans une seule pièce de sa maison.

france 2

Des maisons dont les murs ne tiennent plus que par des étais et des blocs de béton. C'est le cas de l'habitation de la grand-mère d'Hélène Lantoine, à Maroilles (Nord). D'immenses fissures sont apparues soudainement à la fin de l'été dernier. Cet été-là, il a fait particulièrement sec et le sous-sol argileux s'est, semble-t-il, affaissé. Conséquences : d'importants dégâts sur tous les murs en façade. Par mesure de précaution, certaines pièces ont dû être condamnées. "C'est une inquiétude permanente pour ma grand-mère", souffle la jeune femme.

15 maisons touchées dans la commune

Cette maison, Marie-Thérèse Lantoine y vit depuis 60 ans. À 82 ans, pas question de déménager, tout a été regroupé dans l'unique pièce située à l'arrière. Le maire de la commune de Maroilles réclame la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, seule condition pour que les assurances remboursent les sinistrés. Le phénomène a touché 15 maisons réparties dans tout le village.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue aérienne de la rivière de l\'Helpe mineure, dans le département du Nord, le 17 mai 2014.
Vue aérienne de la rivière de l'Helpe mineure, dans le département du Nord, le 17 mai 2014. (LECLERCQ OLIVIER / HEMIS.FR / AFP)