"Est-ce que vous voulez un peu d'eau ?" : des maraudes pour protéger les sans-abri de la canicule

Le Samusocial de Paris a mis en place des maraudes de jour pour distribuer de l'eau et contrôler l'état de santé des quelque 3 600 personnes qui vivent dehors.

Pendant la canicule, Justine et Vincent, du Samusocial de Paris, traversent la capitale tous les jours en camion pour venir en aide aux sans-abris.
Pendant la canicule, Justine et Vincent, du Samusocial de Paris, traversent la capitale tous les jours en camion pour venir en aide aux sans-abris. (CLAIRE LEYS / RADIO FRANCE)

Le thermomètre au tableau de bord du camion affiche 36°C. Justine Breton, l'infirmière et Vincent Baleux, le chauffeur-accueillant, doivent tenir le coup. Sur leur feuille de route, des dizaines de noms de rue. Ils mènent une des maraudes mises en place par le Samusocial en cette période de caniculepour distribuer de l'eau et contrôler l'état de santé des quelque 3 600 personnes qui vivent dehors à Paris, selon les chiffres de la "Nuit de la solidarité 2019".

>> Canicule : suivez notre direct

Justine et Vincent cherchent les personnes qui ont besoin d'eux. Déshydratation, insolation : les personnes à la rue sont particulièrement en danger. "Est-ce que vous voulez un peu d'eau ?", demande-t-elle à un sans-abri. Justine vaporise de l'eau sur le visage d'un homme assis par terre. Et elle négocie pour qu'il retire la doudoune et l'écharpe qu'il a autour du cou. "C'est un des critères de vulnérabilité. On lui a donné une bouteille d'eau et je vais mettre un signalement pour qu'une équipe vienne ce soir pour qu'il dorme dans un endroit au frais." Pendant la maraude, Justine rend visite à une vingtaine de sans-abri. Insolation, déshydratation, elle vérifie leur état de santé. Cédric est bien content de la voir. Il ne trouve pas assez de points d'eau dans la capitale.

L'été, il paraît que c'est plus facile mais c'est faux ! Tout est fermé... On va dans les parc et jardins pour prendre de l'eau. Si on oublie, on crève la soif...Cédric, sans-domicileà franceinfo

Justine a beau faire des heures supplémentaires, elle ne peut pas aider tous les sans-abri de Paris. Mais elle a une idée : que chacun se balade avec quelques bouteilles d'eau dans son sac pour les distribuer. "C'est pas grand chose", dit-elle, mais ce serait déjà merveilleux.