Diagnostic des bâtiments scolaires ou transports publics gratuits : contre la canicule, des députés demandent des mesures plus fortes

Les députés de l'opposition jugent que le report du brevet n'est pas une réponse suffisante à la canicule.

Canicule (illustration).
Canicule (illustration). (/NCY / MAXPPP)

Jean-Michel Blanquer a confirmé mardi 25 juin le report du brevet à la semaine prochaine pour les élèves de 3e à cause de la chaleur, la fin de la canicule étant prévue pour ce week-end. Le ministre de l’Education nationale a expliqué sur franceinfo que "les circonstances familiales justifiées seront un critère suffisant pour passer la session de septembre", notamment en cas de déplacements prévus en train ou en avion. Mais ça ne suffit pas à rassurer les oppositions à l’Assemblée nationale.

Le député Les Républicains des Ardennes, Pierre Cordier, assure par exemple avoir reçu de nombreux courriers de parents inquiets ou mécontents de la décision du gouvernement de repousser l’épreuve du brevet. "J'ai eu l'exemple de quelqu'un qui m'a envoyé des mails ce [mardi] matin. Ils avaient retenu un billet d'avion pour aller en Grèce quelques jours avec leurs petits-enfants et ils ont été oblitgés d'annuler. Et donc par définition, il n'y aura pas de dédommagement de la part de l'argence de voyages."

"Sachant que nous n'avons aucune garantie non plus, en termes de météorologie, que lundi et mardi prochain il n'y aura pas aussi des températures élevées", ajoute Pierre Cordier.

"Le ministre serait bien inspiré de faire un diagnostic de l'état des bâtiments scolaires"

Les oppositions de droite comme de gauche reconnaissent tout de même que l’inaction du gouvernement aurait été pire. Mais le député communiste Sébastien Jumel dénonce aussi le manque d’investissements dans les écoles qui sont parfois des passoires thermiques. "Le ministre serait bien inspiré de faire un diagnostic de l'état des bâtiments scolaires avec les collectivités locales et de voir comment l'État les accompagne pour mettre ces bâtiments aux normes envrionnementales".

Alors que la loi climat énergie est discutée à l'Assemblée, Sébastien Jumel estime qu'il faut s'attaquer davantage au problème du réchauffement climatique. "La seule mesure symbolique que nous propose François de Rugy, c'est de retirer notre cravate, déplore-t-il. Alors qu'on attend d'un ministre des mesures plus structurantes. Nous on en fait une : rendre gratuits les transports publics quand il y a canicule."

Outre le report du brevet, le gouvernement a jusqu'ici annoncé rendre automatique la circulation différenciée à Paris en cas de pics de pollution.