Canicule : une directrice d'école réclame "la possibilité de fermer les écoles au moins jeudi et vendredi"

Catherine Da Silva, représentante du syndicat SNUipp 93, dénonce des recommandations ministérielles "un peu hors-sol".

Une petite fille au soleil (illustration).
Une petite fille au soleil (illustration). (LAURENT CARO / MAXPPP)

Face à l’épisode de canicule qui touche la France à partir de lundi, le ministère de l'Éducation nationale a adressé ses recommandations à destination des chefs d'établissement. Mais dans les faits, "rien n’a été mis en œuvre", a indiqué sur franceinfo Catherine Da Silva, représentante du SNUipp 93 et directrice d’école à Saint-Denis.

"Personne ne s’est demandé si nos ventilateurs ou nos volets fonctionnaient. Personne n’est venu livrer de thermomètre. Dans mon école, on a 130 élèves à un étage avec deux robinets... et ma question c’est comment on fait pour tous les rafraîchir ?". Le plan canicule existe depuis 2018, "donc on aurait pu anticiper mais comme d'habitude on n'a pas pu le faire", selon Catherine Da Silva. "On vient de recevoir le mail [ce lundi matin] de notre direction académique qui nous demande de vérifier si le matériel est opérationnel. Si cela avait été fait, peut-être qu'on serait moins angoissé à l'idée d'affronter cette semaine." Cette représentante du SNUipp 93 estime que les recommandations du ministère de l’Éducation sont déconnectées de la réalité.

On reçoit ces recommandations qui pour nous sont un peu hors-sol. On se demande si les gens sont déjà venus dans une école. Aucune école n’a la climatisation !Catherine Da Silvaà franceinfo

Catherine Da Silva se sent également désemparée face à cette consigne du ministère de l'Education : "Gardez les enfants dans une ambiance fraîche". "Vous savez, les jeux d'eau il faudrait en avoir, nous sommes une école, pas un centre de loisirs, on n'a même pas de tuyau d'arrosage. Même si c'était le cas, après, le sol est mouillé, donc se pose la question de la sécurité. Tout cela est à préparer, sauf que rien n'a été fait."

Ce n'est pas si simple de nous dire de mouiller ou de rafraîchir les enfants. Car un enfant trempé, on en fait quoi après, au bout de six heures de cours ?Catherine Da Silvaà franceinfo

Face à cette vague de chaleur, Catherine Da Silva réclame "la possibilité de fermer les écoles au moins jeudi et vendredi". "La chaleur va s’accumuler dans les bâtiments, à l’extérieur et on ne tiendra pas jeudi et vendredi. Les enfants seraient mieux chez eux, allongés, à boire et aller aux toilettes quand ils veulent. Plutôt qu’avec nous où il faut partager quatre toilettes et deux robinets."