Canicule : près de 1 500 décès enregistrés en plus de la moyenne pendant l'été

Le ministère de la Santé a enregistré 1 435 décès en plus de la moyenne pendant l'été, à cause de la canicule, déclare Agnès Buzyn sur France Inter et franceinfo. "C'est dix fois moins de décès que la canicule de 2003", explique-t-elle.

Agnès Buzyn invitée de France Inter le 8 septembre 2019
Agnès Buzyn invitée de France Inter le 8 septembre 2019 (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

Près de 1 500 personnes de plus que la moyenne sont décédées cet été, en raison des deux épisodes caniculaires que la France a connus. Le ministère de la Santé fait état précisément de 1 435 décès supplémentaires : 567 lors de la première vague de chaleur, fin juin-début juillet, et 868 lors du deuxième épisode, fin juillet.

Cette surmortalité est à comparer avec les 15 000 morts supplémentaires lors de la canicule de 2003. À l'époque, la canicule avait duré 20 jours.

Cette année, "nous avons eu 18 jours de canicule en deux épisodes mais très intenses" avec "20 millions de personnes pratiquement impactés", a détaillé la ministre des Solidarités et de  la Santé, invitée de "Questions politiques" sur France Inter et franceinfo.
"La moitié sont des personnes de plus de 75 ans, mais il y a aussi des personnes adultes ou même des plus jeunes qui ont été impactées notamment dans le monde du travail. On compte une dizaine de décès dans le monde du travail", a-t-elle précisé avant de citer le BTP, la restauration, l'agriculture. 

Meilleure prévention

Agnès Buzyn salue "la mobilisation des acteurs de terrain", mentionnant les "infirmières libérales qui vont hydrater les personnes âgées", les "services de soins à domicile", les communes, les mairies "qui se mobilisent pour contacter les personnes âgées qui sont isolées", et toute la prévention qui est faite dans les Ehpad. "Nous voyons que nous avons réussi grâce à la prévention, grâce à ces messages qui fonctionnent, que la population française a bien intégré, à diminuer la mortalité par un facteur 10", s'est félicitée Agnès Buzyn.

Pour la ministre, cependant, "la société doit vraiment s'approprier ce problème de canicule dans son fonctionnement quotidien" car "on ne peut pas avoir exactement le même fonctionnement dans les transports, dans le monde du travail, quand il fait 45 degrés à Paris". "Donc nous devons avoir des plans et des organisations parce que ces phénomènes de canicule vont se renouveler et probablement s'intensifier dans les années qui viennent".