Cet article date de plus de huit ans.

Marseille : erreur policière, trois dijadistres présumés non interpellés à leur arrivée en France

Publié Mis à jour
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

D'autant plus ridicule que le cabinet du ministère de l'intérieur s'est cru obligé de communiquer sur des gens qui n'ont pas été arrêtés.

Selon les écologistes, c'est tout simplement la sécurité des Français qui n'a pas été assurée.

Un ratage comme celui-là met en cause la crédibilité de l'Etat dans sa capacité à assumer le contrôle entrée-sortie du territoire.

Le ministre de l'intérieur tente de faire bonne figure. Il rejette une partie de la responsabilité des dysfonctionnements. Il promet un enquête.

Je me rendrai prochainement en Turquie afin de procéder aux corrections qui doivent être faites.

Aucun député n'a demandé la démission du ministre mais beaucoup exigent une commission d'enquête parlementaire.

Bonsoir Stéphanie Perez, vous êtes en direct au ministère de l'intérieur Sont-ils vraiment dangereux.

Stéphanie Perez : Les 3 personnes sont-elles vraiment dangereuses ? Ils étaient connus des services de renseignement. Tous les trois fichés comme islamistes radicaux. lls sont originaires de la région de Toulouse et ont tous plus ou moins un lien direct avec Mohamed Merah, le tueur toulousain. Il y a son beau-frère, son ami d'enfance qui lui a été condamné en 2007 à quatre ans de prison pour avoir organisé une filière de recrutement vers l'Irak. Les trois hommes ont passé plusieurs mois dans les rangs de l'Etat islamique en Syrie et selon leur avocat, ils ont décidé d'en partir car, disent-ils, eux-mêmes auraient été dépassés par le fanatisme des combattants. Des informations que les enquêteurs français vont maintenant pouvoir vérifier.

L'actualité économique avec peut être une sortie de crise à Air France. Les négociations ont repris tout à l'heure. Le gouvernement pousse la compagnie non plus à suspendre mais à retirer son projet Transavia Europe pour donner satisfaction aux pilotes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.