Jardin des Tuileries : un chef d'oeuvre en péril

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 02/05/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Le jardin des Tuileries se prépare à faire peau neuve. Ce joyau du patrimoine français distingué par l'Unesco a perdu de son lustre. Le projet à l'étude ambitionne notamment de le revégétaliser.

Parenthèse de verdure exceptionnelle au coeur de Paris, 23 hectares de promenade plantes d'arbres et de fleurs, où flâner et oublier les embarras de la capitale. Entre le plus grand musée du monde et les Champs-Elysées, les touristes.

Après une journée au Louvre, c'est magnifique de se détendre ici.

A Moscou, on est sous la neige, ici c'est vert.

Les Tuileries sont aujourd'hui victimes de leur succès. Lenôtre qui les a dessinées il y a bientôt 400 ans n'avait pas prévu que 14 millions de visiteurs chaque année en fouleraient les allées. Ni que des expositions diverses viendraient les mettre en danger. que l'on appelle le stabilise. Il est réduit en poussière par les circulations modernes.

La commercialisation du jardin est une catastrophe. Et ce stabilisé est mis à mal par les allers-retours des camions qui viennent installer de l'événementiel 120 jours par an.

Des camions et des installations qui abîment le revêtement, et c'est autant de poussière qui s'insinue dans les salles du Louvre, qui abrite "Les Nymphéas" de Monet.

C'est consternant, ce n'est pas de la poussière, mais du stabilise.

Une entreprise doit dépoussiérer "Les Nymphéas" une fois par semaine.

On peut dépoussiérer les chaussures en rentrant, ça ne nous dérange pas.

Le contre-argument, c'est l'entretien du patrimoine coûte cher, donc il faut rentabiliser le domaine public. C'est vrai, mais jusqu'où va-t-on ? C'est la question.

Pour sauver ce chef-d'oeuvre en péril, Le Louvre, qui gère les Tuileries, veut plus de verdure, sans renoncer aux privatisations. Verdir ce jardin conçu comme une promenade minérale par Le Nôtre, il y a 4 siècles, couteraît 15 millions d'euros.

Ça n'a jamais été un jardin très vert. Quel que soit l'acte de replantation, on ne transformera pas cette image. Lenôtre sera plus fort.

Le Louvre, qui a changé de président, n'a pas souhaité répondre sur ce dossier ni autorisé notre tournage.

Le JT
Les autres sujets du JT