Invitée : Mireille Darc, "Mireille Darc, une femme libre", biographie en images et textes

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 11/11/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Peu de femmes en France peuvent se targuer d'être aussi populaire, quelles que soient les générations. Celle qu'on a affectueusement surnommée la "Grande sauterelle" au cinéma nous a offert de belles leçons de vie. Aujourd'hui, elle feuillette les pages de sa vie dans un beau livre. Voici maintenant l'invitée des Cinq Dernières Minutes. Et cette invitée, c'est Mireille Darc. Bonjour, merci de venir nous parler de ce livre, "Mireille Darc, une femme libre", chez Flammarion. Vous l'avez réalisé avec le photographe Richard Melloul qui vous suit depuis 30 ans. C'est une biographie en images et surtout avec vos textes. Vous vous confiez dans ce livre.

Mireille Darc : J'ai de plus de facilité aujourd'hui à voir la vie avec du recul. Je suis moins à vif aujourd'hui.

Elise Lucet : Vous parlez d'abord de votre enfance en disant qu'elle a été grise, parfois difficile.

Mireille Darc : Je me suis beaucoup ennuyée étant enfant. J'étais dans une famille avec des parents un peu âgés. On laissait les enfants se débrouiller seuls, c'était mon cas.

Elise Lucet : Vous nous faites vivre vos débuts d'actrice et on vous découvre plutôt timide, vous ne vous trouvez pas jolie.

Mireille Darc : J'étais très maigre, ça m'a posé des problèmes. Les garçons ne me regardaient pas beaucoup, c'est inquiétant a 20 ans.

Elise Lucet : On vit avec vous moments importants, la scène.

Miréillé Darc : Je découvre Ié théâtre, la télé, Ié cinéma. C'est un miracle pour moi, j'étais vedette à 25 ans. On faisait des films sur moi.

Elise Lucet : Si je vous demandais de citer trois films qui vous ont marquée.

Mireille Darc : Il y avait Claude Barma, Jean Pratt. Au cinéma, cela a été tout de suite Lautner et Audiard. Tous ces films avec Lion Ventura et B Blier.

Elise Lucet : Il y a l'épisode de la fameuse robe du "Grand Blond avec une chaussure noire". Vous nous racontez comment elle a été conçue et ce qui s'est passé sur le plateau.

Mireille Darc : J'étais chez Guy Laroche. Je lui demandé un décolleté sur le dos parce que je n'avais pas de seins Jusqu'au moment où la couturière trouvait ça indécent. On s'est rendu compte que la robe a été difficile à porter. Il y a eu un silence sur le plateau Un silence s'est fait, j'ai eu peur que ça ne plaise pas. des moments importants, la rencontre avec Alain Delon. On sent que vous avez eu peur de cette relation au début.

Mireille Darc : Alain a été trop pour moi. Il avait un grand magnétisme, j'ai douté de moi-même. Le fait qu'il soit dans un moment critique de sa vie, J'ai senti qu'il avait besoin de moi, on a pris le temps. On s'est tenu la main et on ne s'est pas lâché. Nous sommes toujours très proches.

Elise Lucet : Vous racontez aussi votre deuxième opération du coeur. Sur votre agenda, à cette date-là, vous avez écrit "à la grâce de Dieu".

Mireille Darc : C'était le 13 mars 2013. J'ai écrit : à la grâce de Dieu, je n'étais pas sûre de survivre. Il n'y a que Dieu qui peut disposer de moi.

Elise Lucet : Que se dit-on quand on feuillette le livre de sa vie ? Qu'elle a été belle et qu'elle le sera encore.

Mireille Darc : Elle est riche de rencontres et d'expériences. Les documentaires que j'ai fait m'ont beaucoup apporté humainement.

Elise Lucet : Je rappelle le titre de votre livre, "Mireille Darc, une femme libre", chez Flammarion. Et aussi "Un jour un destin: Mireille Darc, blessures intimes", mercredi 27 novembre à 22H25 sur France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==