Invitée : Marie-Agnès Moller : "Paris Horribilis"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 10/03/2014Durée : 00h50

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle nous conduit sur les traces des personnages les plus sombres et les plus effrayants qui hantent encore l'histoire de la capitale. Voici maintenant l'invitée des Cinq dernières minutes: Marie-Agnès Moller. Bonjour et merci d'être avec nous pour votre livre "Paris Horribilis", édité au Texte vivant.

"Paris horribilis", comment la Ville lumière serait-elle aussi horrible.

Marie-Agnès Moller : Oui, derrière ses beautés, Paris cache des trésors secrets bien plus sombres.

Elise Lucet : Qu'est-ce qui vous a donné envie de nous raconter ces histoires effrayantes.

Marie-Agnès Moller : Oui, j'ai rélisé que les Parisiens ne connaissait pas Paris ainsi. J'ai voulu écrire pour les parisiens et pas seulement les touristes. Elise Lucet : Il y a des histoires connues, d'autres moins, on commence par celle du barbier sanglant.

Marie-Agnès Moller : Le Barbier Sanglait, c'était rue Chanoissesse, dans le 4e. Un barbier avait un étrange business avec le pâtissier.

Elise Lucet: Et celle du docteur Petiot ? Il égorgeait ses patients dont le boulagers faisait des gâteaux.

Marie-Agnes Moller : Rue Lesueur, le docteur Petiot. Il y a une abiance très pesante.

Elise Lucet : L'histoire de Quasimodo a été rendue célèbre par "Notre-Dame de Paris". Beaucoup d'histoires vraies ont inspiré le théâtre ou le cinéma.

Marie-Agnès Moller : Il y a Quasimodo, l'Home au Masque de fer. Je parle des monstres littéraires, le babriber sanglant a inspiré Tim Burton. Ces histoires, on n'a plus qu'à les interpréter.

Elise Lucet : Quelle est l'histoire de l'esprit du parc Montsouris.

Marie-Agnès Moller : Si vous vous baladez la nuit à Montsouris, Il y a un fantôme : la personne s'est fait assassiner dans sa propriété. la comtesse russe est moins connue. Elise Lucet : Quelle est donc l'histoire du fantôme de Jim Morrison dans le cimetière du Père-Lachaise.

Marie-Agnes Moller : C'est un mythe, on voit encore des fleurs. Les ados de l'ont pas connus et vont sur sa tombe, c'est très émouvant. Quand il s'est fait prendre en photo, une ombre blanche dansait derriere la tombe de Morrison. On est encore plus fascinés par cette ville ! Merci Marie-Agnès Moller. "Paris Horribilis" est édité au Texte Vivant. Fin de ce journal. Merci de l'avoir suivi. Tout de suite, la météo. A 20 h, vous avez rendez-vous avec David Pujadas. A 22h30, ne manquez pas "Mots croisés" présenté par Yves Calvi.

Le JT
Les autres sujets du JT