Interview : Jean-Louis Borloo

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 19/01/2014Durée : 00h28

il y trouver une nouvelle voie ? Avant de retrouver le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, question sur la recomposition politique.

Il aura suffi d'une phrase pour que François Hollande rebatte les cartes. Baisse de charges, coupes des dépenses publiques, sur le Pacte de responsabilité, le gouvernement demandera la confiance du Parlement. Une clarification ou un recentrage du Président ? Au Front de gauche, l'incendie est déclaré.

F. Hollande fait la politique économique de la droite. Notre groupe à l'Assemblée va voter contre la confiance.

Au PS, l'aile gauche s'interroge.

Avec de mauvais diagnostics, on propose rarement de bonnes solutions.

Les Verts font la moue.

La social-démocratie, c'est pas ma tasse de thé.

L'opposition masque difficilement son embarras.

Si c'est un programme de baisses de charges, quel est le député de l'opposition qui est contre ? Faut pas se laisser avoir, cela ne suffira pas du tout.

Certains centristes voteront-ils la confiance du gouvernement? Ce serait une première.

Recomposition politique en cours ou pas ? Avec nous ce soir, le président A droite et au centre, tous reconnaissent leurs idées exprimées dans le nouveau programme économique de François Hollande. C'est un recentrage.

Jean-Louis Borloo : Absolument, on est ravi qu'après 18 mois, le Président soit passé aux aveux. Il y a un erreur économique et sociale.

Laurent Delahousse : Vous acceptez la main tendue.

Laurent Delahousse : Vous voterez la confiance ? On ne va quand même pas renier ce qu'on croit.

Jean-Louis Borloo : On demande une baisse des charges.

Laurent Delahousse : Il s'adresse plutôt à vous.

Jean-Louis Borloo : Le Président doit retrouver de la crédibilité. Il faut promettre qu'il n'yaura d'augmentation d'impôt, sinon il perd sa crédibilité. On a besoin d'un truc simple, clair, et immédiat. Si c'est ça on le fera. L'accord avec les entreprises, il faut qu'elles doublent leur nombre d'apprentis. Ma traille est qu'on parte ensuite vers de longues discussions. Si il le fait, on soutiendra. Nous sommes dans l'opposition constructive.

Laurent Delahousse : Vous êtes marié avec F. Bayrou ? J'ai bien le souvenir qu'il avait soutenu François Hollande Est-il impossible de reconstruire le pays comme l'a fait l'Allemagne.

Jean-Louis Borloo : Il y a un contrat avec l'Allemagne. Plus d'augmentation d'impôt et un pacte de responsabilité. On est prêt à le faire. ça a été le flou pendant 18 mois donc on souhaite des choses précises.

Laurent Delahousse : On dit que Sarkozy s'intéresse à ce que vous reveniez l'aider. Ce n'est pas venu jusqu'à vous.

Jean-Louis Borloo : Non, radio ragot n'est pas venu jsuqu'à moi.

Jean-Louis Borloo : Mon problème, c'est la situation immédiate.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==