Campagne de youtubeurs pour la planète : "On est prêts à changer, à s’investir, à adopter de nouvelles pratiques responsables"

Hélène de Vestèle, fondatrice de la chaîne YouTube Edeni, va participer à la campagne "On est prêt", comme 62 youtubeurs au total. 

YouTube lance, mercredi 19 septembre 2018, ses premières séries françaises.
YouTube lance, mercredi 19 septembre 2018, ses premières séries françaises. (MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Le message qu’on voudrait faire passer, c’est qu’on est prêts à changer, à s’investir, à adopter de nouvelles pratiques responsables", a affirmé lundi 5 novembre sur franceinfo Hélène de Vestèle, fondatrice de la chaîne YouTube Edeni qui propose des formations à la transition écologique, et l'une des coordonnatrices de cette campagne "On est prêt", dans laquelle 62 youtubeurs mobilisent leurs communautés pour la planète.

franceinfo : Est-ce que ça a été difficile de convaincre ces youtubeurs de passer à la vidéo verte ?

Hélène de Vestèle : Pas tellement. Finalement, on s’aperçoit que ce sont quand même des sujets qui préoccupent la majorité des Français actuellement, et surtout la génération YouTube qui est encore assez jeune. Tous ces créateurs vidéo ont maintenant la trentaine, ou un peu moins, et ont un public souvent jeune. Ce sont aussi des choses qu’on entend de plus en plus à l’école, dans les médias, dans la rue… et tout simplement, on en observe les conséquences très concrètes sur le quotidien. Le message qu’on voudrait faire passer, c’est qu’on est prêts. Prêts à changer, à s’investir, à adopter de nouvelles pratiques responsables. On espère que cela donnera un peu de souffle à nos gouvernements et aux entreprises pour qu’ils disent que ça y est, le marché est prêt à changer, et qu’ils n’ont plus à subir le développement durable et les conséquences néfastes du changement climatique mais peuvent être proactifs sur ce sujet.

Et dans notre quotidien, qu'est-ce que vous incitez à changer ?

Pendant un mois, on lance des défis autour de trois grandes thématiques. La thématique de manger différemment : de nombreux créateurs de contenus vidéos se sont par exemple déjà engagés à ne pas manger de viande pendant minimum un mois et à engager leur communauté. Le deuxième grand thème, c’est de consommer différemment avec, par exemple, des pratiques "zero waste". Et puis, on a aussi le fait de pouvoir consommer l’énergie différemment en se déplaçant et en ayant un moindre impact CO2 dans notre quotidien. Tous ces créateurs vidéos vont essayer de poster tous les jours, pendant un mois, une astuce ou une bonne pratique et vont montrer de manière très pragmatique, concrète, et avec des experts scientifiques qui nous accompagnent, comment on peut réaliser ces choses-là de manière très simple et sans frustration.

Vous parlez d’un mois de mobilisation, pourquoi si peu de temps pour changer les choses en profondeur ?

On a choisi une durée d'un mois parce qu'au niveau des neurosciences, on estime qu’il faut minimum 21 jours pour pouvoir ancrer une habitude positive dans sa vie. Et donc, on s’est dit que sur un mois, c’était quelque chose d’assez symbolique pour qu'on se dise "j’ai réussi pendant un mois à ne plus acheter de plastique, à ne plus consommer de viande, je vais l’avoir intégré dans mon quotidien et poursuivre après". Évidemment, le but n’est pas d’avoir un mois seulement mais c’est de se dire que, pendant un mois, on tient la distance, on fait un marathon, on ne lâche pas, et ensuite ce sera intégré dans nos vies et on continuera. Le but n’est pas de se priver de quelque chose et d’avoir un acte sacrificiel mais au contraire de voir qu’on est déjà pleins à être prêts à adopter et à avoir ces bonnes pratiques dans sa vie quotidienne et que c’est super réjouissant.