Cet article date de plus de deux ans.

Un étudiant sur cinq passe plus de 6 heures par jour sur son smartphone

Selon un sondage Opinionway, les étudiants comme les lycéens passent de plus en plus de temps sur leur téléphone portable. Ils sont nombreux à estimer dans le même temps que cette technologie affecte leur concentration, leur sommeil et leurs relations sociales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Près d'un tiers des étudiants (29%) utilisent leur téléphone moins de deux minutes après leur réveil, selon un sondage Opinionway pour la Smerep, publié le 28 juin 2018. (FREDERIC CIROU / ALTOPRESS / FP)

Les jeunes passent beaucoup de temps sur leur téléphone portable. Un étudiant sur cinq (20%) passe plus de 6 heures par jour sur son smartphone et près de sept étudiants sur dix le consultent moins de dix minutes après leur réveil, révèle un sondage Opinionway publié, jeudi 28 juin, par la Smerep.

Dans le détail, 37% des étudiants passent en moyenne entre 2 et 4 heures par jour sur leur smartphone. Ils sont 17% à y passer moins de 2 heures par jour et 8% plus de 2 heures. Près d'un tiers (29%) utilisent leur téléphone moins de deux minutes après leur réveil. Et 44% d'entre eux se sentent incapables de s'en passer pendant une journée.

Troubles du sommeil

"C'est un comportement proche d'un comportement addictif chez ces étudiants, qui ne peuvent pas lâcher leur téléphone", a commenté Jules Russick, administrateur de la Smerep (Sécu étudiante et mutuelle) en charge de la prévention santé. Les lycéens passent aussi beaucoup de temps sur leur mobile : un tiers y consacre entre 4 et 8 heures par jour. "Ils sont déjà beaucoup plus dépendants que leurs aînés", souligne Jules Russick. 

Les jeunes se disent pourtant conscients de l'impact négatif du smartphone : ils sont 56% à penser que cette consommation affecte leur concentration, 50% leur qualité de sommeil et 45% leurs relations sociales. C'est un des autres enseignements du sondage : plus de la moitié des étudiants (56%) indiquent avoir des problèmes de sommeil.

*Le sondage a été réalisé en ligne entre avril et mai 2018 auprès d'un échantillon de 1 001 étudiants représentatif des étudiants français et de 1 000 lycéens français âgés de 14 à 22 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.