Cet article date de plus de neuf ans.

Panne Orange : des éléments fin juillet, rapport final en septembre

Le PDG de France Télécom était auditionné mercredi après-midi par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale. Stéphane Richard a confirmé l'"origine logicielle" de la panne et une journée de communication gratuite le jour de la rentrée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les questions se sont multipliées pendant près de deux heures, les députés profitant d'avoir le PDG de France Télécom sous la main pour l'interroger sur de très nombreux points. Concernant la panne, un audit interne à France Télécom rendra un rapport d'étape fin juillet. "J'ai demandé la conclusion de l'audit interne pour le 10 septembre ", a indiqué Stéphane Richard, précisant qu'il avait remis en début d'après-midi un premier rapport à Fleur Pellerin, la ministre de l'Economie numérique, "qui détaille la description de l'incident et les investigations que nous faisons ". Le PDG a indiqué qu'un total de 30 millions de personnes avaient pu être touchées par le problème, entre les clients Orange et ceux des opérateurs qui utilisent son réseau, comme Free Mobile.

L'origine de la panne 

Le PDG de France Télécom a confirmé mercredi l'"origine logicielle " de la panne de 12h de vendredi dernier. "Le problème est survenu au coeur du réseau, composé de vingt-sept machines, installées sur une quinzaine de sites différents, et fabriqué par Alcatel-Lucent ", a expliqué Stéphane Richard. "C'est un matériel de dernière génération, mis en place en mai 2012. Chaque année, on procède à des mises à jour logicielles, et une des mises à jour est intervenue 48h avant l'incident, il semblerait que ce soit lors de cette mise à jour qu'il y ait eu un problème, c'est la cause-source de l'incident ", a-t-il ajouté, précisant que "nous avons travaillé avec les équipes d'Alcatel-Lucent de manière parfaite ".

La communication sur l'incident

Stéphane Richard a indiqué qu'un communiqué national avait été diffusé à 17h48 vendredi. "Vous avez raison de dire qu'il y a un aspect un peu mystérieux dans tout ça, on est bien conscient qu'il y a un déficit de communication sur ce qui s'est passé, nous donnerons plus de détails sur l'incident à nos clients ", a-t-il expliqué. Répondant à une question il a également indiqué que "les services d'urgence ont fonctionné ".

Le PDG de France Télécom a également répondu à l'autorité de régulation des télécoms (Arcep) qui s'étonnait mercredi matin d'avoir appris l'information par le web : "Nous n'avons pas d'obligation juridique d'informer l'Arcep ", a tenu à souligner Stéphane Richard. "La seule obligation légale nous impose d'informer le ministère de l'Intérieur ", a-t-il ajouté.

Le dédommagement

L'opérateur offrira à ses clients une journée de communication gratuite. Cette journée est prévue à la rentrée, a indiqué Stéphane Richard. Répondant à une question sur les professionnels particulièrement impactés par la panne (notamment les chauffeurs de taxis), il a précisé que "pour l'instant nous avons prévu la même chose pour les professionnels *, il  n'y a pas eu de demande particulière pour l'heure * ".

Enfin, le PDG a confirmé que la panne aurait un coût total de "plusieurs dizaines de millions d'euros ", mais qu'il était encore trop tôt pour donner une estimation plus précise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Téléphonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.