Centre d'appel : un amendement contre les délocalisations

Les centres d'appel sont une nouvelle fois dans le colimateur des députés. La majeure partie des emplois du secteur sont délocalisés au Maroc ou au Sénégal. Difficile de savoir pour le consommateur où se trouve son interlocuteur.

Voir la vidéo
France 3

Où se trouve votre interlocuteur ? Pour le savoir, il faut poser la question et insister. La journaliste de France 3 a fait le test ; elle parle avec un homme situé à Casablanca, au Maroc. Délocaliser des centres d'appel à l'étranger, la tendance s'amplifie d'année en année. Rien qu'en 2015, 22 000 emplois ont quitté la France. Aujourd'hui dans ce secteur il en reste 264 000 sur le territoire.

Faire du made in France un argument commercial

Pour les préserver, plusieurs députés veulent obliger les téléopérateurs à préciser d'où ils appellent. Pourquoi pour Fabrice Bourdy, PDG d'Europhone, qui travaille depuis plus de trente ans dans ce secteur, 99% de ses employés sont basés en France. "Attention aux dangers, c'est-à-dire de faire une sorte de discrimination", temporise-t-il. Les députés espèrent faire de l'appel made in France un argument commercial. Mais en dix ans, il y a eu plusieurs tentatives ; aucune n'a jamais abouti.

Le JT
Les autres sujets du JT
Appels
Appels (France 3)