Environnement : les jeux vidéo, ça pollue !

Une enquête réalisée par le laboratoire américain Lawrence Berkeley révèle que l'empreinte carbone laissée par les jeux vidéo est tout sauf anodine.

Franceinfo

On a tous, à un moment donné, passé plusieurs heures devant des jeux vidéo. Mais la réalité, c'est que leur empreinte carbone n'a rien de virtuel. Selon le laboratoire américain Lawrence Berkeley, il faudrait l'équivalent de dix réacteurs nucléaires pour faire tourner les jeux vidéo du monde entier pendant un an. Cette consommation d'électricité a un prix. Aux États-Unis par exemple, l'industrie émet 12 millions de tonnes de CO2 par an, soit autant que 2,3 millions de voitures individuelles. 

Le streaming fait aussi des dégâts

La démocratisation du streaming ne va pas arranger les choses. Pour faire tourner les jeux en réseau, il faut de puissants data centers gourmands en énergie. Sans oublier que la fabrication des équipements (consoles, téléviseurs, câbles, etc.) a elle aussi des conséquences pour la planète. Des acteurs du marché comme Sony, Microsoft ou Google, se sont engagés pour réduire l'empreinte carbone de l'industrie, avec l'initiative "Playing for the Planet".

Assassin\'s Creed, Pikmin, Mario Kart, Dirt, Watch Dogs et Spider-Man... de nombreusses licences phares du jeu vidéo font leur grand retour avant Noël.
Assassin's Creed, Pikmin, Mario Kart, Dirt, Watch Dogs et Spider-Man... de nombreusses licences phares du jeu vidéo font leur grand retour avant Noël. (DR)