Cet article date de plus d'un an.

Cyberattaque : l'hôpital de Corbeil-Essonnes contraint de fonctionner au ralenti

Publié
Cyberattaque : l'hôpital de Corbeil-Essonnes contraint de fonctionner au ralenti -
Cyberattaque : l'hôpital de Corbeil-Essonnes contraint de fonctionner au ralenti Cyberattaque : l'hôpital de Corbeil-Essonnes contraint de fonctionner au ralenti - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - E. Pelletier, V. Meyer, B. Thomas, A. Remond, N. Salem, J. Cohen-Olivieri
France Télévisions

L'hôpital de Corbeil-Essonnes (Essonne) est la cible d'une attaque informatique depuis dimanche 21 août. La situation ralentit fortement le travail du personnel, mais l'établissement ne paiera pas de rançon.

Derrière la façade de l’hôpital de Corbeil-Essonnes (Essonne), des écrans noirs dans tout l'établissement. Les urgences non vitales sont dirigées vers d'autres hôpitaux. Depuis dimanche 21 août, le centre hospitalier fonctionne au ralenti, paralysé par une attaque informatique. Un patient, soigné pour un cancer, a dû repartir sans pouvoir faire son scanner, lundi. "Habituellement, ça va très vite, parce que c'est informatisé. (…) Alors que là, ils sont obligés de travailler à la main", explique-t-il. Le personnel doit composer avec les moyens du bord.

Une rançon de 10 millions de dollars

"Il faut réécrire, chaque jour, les médicaments des patients, toutes les prescriptions, (…) toutes les données des patients", explique Valérie Caudwell, présidente de la commission médicale du Centre Hospitalier sud Francilien. Les maîtres chanteurs exigent une rançon de 10 millions de dollars pour débloquer le système. La demande a été rédigée en anglais. L'hôpital ne paiera pas. "Aucun établissement hospitalier n'a payé, et ne paiera ce genre de rançon", assure Gilles Calmes, le directeur de l'établissement. L'enquête a été confiée aux gendarmes spécialisés dans la lutte contre les criminalités numériques. Des opérations pourraient être déprogrammées dans la semaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.