VRAI OU FAKE : des cartes d'une étude de France Stratégie, reprises par l'extrême droite, reflètent-elles la situation de l'immigration en France ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
L'extrême droite reprend à son compte des cartes de France Stratégie pour montrer la part importante d'enfants issus de l'immigration dans les communes de Seine-Saint-Denis. Mais que contiennent-elles vraiment ?
FRANCEINFO
Article rédigé par
L. Vogel, N. Jayer, J-P. Darini - franceinfo
France Télévisions

L'extrême droite reprend à son compte des cartes de France Stratégie pour montrer la part importante d'enfants issus de l'immigration dans les communes de Seine-Saint-Denis. Mais que contiennent-elles vraiment ?

Fin août, le média ultra-conservateur Causeur a publié un article intitulé Immigration et démographie urbaine : les cartes à peine croyables de France Stratégie. Depuis, l'extrême droite reprend à son compte ces cartes, utilisées ici pour montrer la part importante d'enfants issus de l'immigration dans les communes de Seine-Saint-Denis. "Notre avenir est dans ces cartes et il est encore temps de le choisir !", a tweeté, en réponse, Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national pour l'élection présidentielle de 2022.

Visualiser l'évolution de la ségrégation résidentielle en France

Alors, d'où viennent ces cartes, et que contiennent-elles ? D'abord, tout le monde peut les générer à partir d'un outil conçu pour illustrer une étude très dense de France Stratégie. Initialement, ces cartes permettent de visualiser l'évolution de la ségrégation résidentielle en France. En fait, les chercheurs se sont intéressés à "l'inégale répartition dans l'espace urbain de différentes catégories de population", et à l'évolution de ces données entre 1990 et 2015. Parmi les critères pour étudier cette répartition, on retrouve en effet l'origine migratoire, mais aussi la catégorie sociale, l'âge ou encore le statut du logement.

Concernant l'origine migratoire, les chercheurs, eux, ont simplement conclu à une "légère baisse de la ségrégation résidentielle des immigrés d'origine extra-européenne et de leurs enfants". Le problème, c'est que les cartes générées par cet outil sont utilisées pour raconter autre chose. Ainsi, ceux qui veulent dénoncer le grand remplacement se focalisent sur quelques cas qui vont dans leur sens. Par exemple, une carte de la Seine-Saint-Denis montre globalement une augmentation de la concentration d'enfants d'immigrés non-européens depuis 1990. Mais si, avec les mêmes critères de recherche, on génère les cartes de Dunkerque (Nord) ou de Lens (Pas-de-Calais), les résultats montrent l'inverse, et là, il n'y a pas de grand remplacement, au contraire. En conclusion, les données statistiques sont réelles, mais les cartes qui circulent sur les réseaux ne reflètent pas la situation de l'immigration en France. Elles ont été spécifiquement choisies pour appuyer un discours militant anti-immigration.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.