Cet article date de plus de quatre ans.

Victime de moqueries sur son physique, sa réaction lui vaut des centaines de messages de soutien sur internet

Lizzie Velasquez, une jeune femme victime d'une maladie rare, a été victime de moqueries sur les réseaux sociaux. Sa réaction a été saluée par de nombreux internautes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lizzie Velasquez, lors d'un discours à Mexico en 2014. La jeune femme est victime de moqueries sur son physique.  (MANUEL VELASQUEZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

Elle s'appelle Lizzie Velasquez, elle a vingt-sept ans et souffre d'une maladie extrêmement rare. Cette affection héréditaire, qui concerne seulement deux autres personnes dans le monde, l'empêche notamment de stocker des graisses.

La jeune femme, originaire du Texas, est fréquemment victime de moqueries. A 17 ans, elle a même été surnommée "femme la plus moche du monde" par des internautes. Ces dernières semaines, un "mème", une photo d'elle avec un commentaire désobligeant, a circulé sur Internet.

I've seen a ton of memes like this all over @facebook recently. I'm writing this post not as someone who is a victim but as someone who is using their voice. Yes, it's very late at night as I type this but I do so as a reminder that the innocent people that are being put in these memes are probably up just as late scrolling through Facebook and feeling something that I wouldn't wish on my worst enemy. No matter what we look like or what size we are, at the end of the day we are all human. I ask that you keep that in mind the next time you see a viral meme of a random stranger. At the time you might find it hilarious but the human in the photo is probably feeling the exact opposite. Spread love not hurtful words via a screen. Xoxo Lizzie

Une photo publiée par Lizzie Velasquez (@littlelizziev) le

 

"Michael m'a dit qu'il me retrouverait derrière cet arbre pour s'amuser un peu. Il est un peu en retard. Est-ce que quelqu'un peut le tagger sur cette photo et lui dire que j'attends encore ?", est-il écrit à côté de la photo de la jeune fille. 

"Répandez de l'amour et non des paroles blessantes"

Mais Lizzie ne se laisse pas abattre. Elle réplique avec un message motivant. "Je n'écris pas comme une victime mais comme quelqu'un qui décide de parler." La jeune femme, auteure de nombreux ouvrages, rappelle que "ces blagues" peuvent blesser. 

"Peu importe notre taille, où ce a quoi nous ressemblons à la fin de la journée, nous sommes tous des humains", écrit-elle. "Je voudrais vous demander de garder cela en tête la prochaine fois que vous verrez une photo d'inconnu de ce genre. Peut-être que vous trouverez cela très drôle mais la personne concernée sera probablement en train de ressentir l'exact opposé. Répandez de l'amour et non des paroles blessantes, via vos écrans."

La jeune femme s'était déjà illustrée à plusieurs reprises en donnant des conférences sur la perception que les gens peuvent avoir d'eux-mêmes.

Son message, posté sur le réseau social Instagram a été partagé plus de 30.000 fois. Et de nombreuses personnes ont manifesté leur soutien. "Tu es un diamant, bravo Lizzie", peut-on lire sur Twitter. "Bravo pour ce message, tu es belle." Son histoire a fait l'objet d'un documentaire, sorti le 15 mars 2015 aux États-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réseaux Sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.