Dordogne : le greffier soupçonné d'incitation à la haine raciale remis en liberté, l'enquête préliminaire se poursuit

Derrière un pseudonyme, le quadragénaire a notamment publié de nombreux messages antisémites.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Périgueux (Dordogne). (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Le greffier soupçonné d'avoir publié des messages racistes et suprémacistes sur les réseaux sociaux a été remis en liberté mercredi après-midi, après 24 heures de garde à vue, indique France Bleu Périgord jeudi 29 juillet. Mais l'enquête pour provocation à la haine et à la violence se poursuit.

Le quadragénaire est soupçonné d'avoir publié sur Twitter, sous pseudonyme, de nombreux messages antisémites, notamment sur la "synagogue de Satan", estimant que "derrière chaque Français, il y a un antisémite qui s'ignore". Il appelait également à prendre les armes pour défendre la "race blanche" en évoquant un soi-disant "génocide des européens". 

Il a été interpellé mardi sur son lieu de travail, par la police judiciaire de Bordeaux. Le parquet de Périgueux avait demandé à être dessaisi du dossier au profit du parquet de Brive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Twitter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.