Cet article date de plus d'un an.

Théories du complot : "Les jeunes sont plus perméables parce qu'ils s'informent davantage sur les réseaux sociaux", selon le fondateur de conspiracywatch.info

Les adolescents et les jeunes adultes sont la cible idéale de ceux qui veulent répandre des théories du complot. Tout simplement parce qu'ils "s'informent davantage sur les réseaux sociaux" que les autres générations. Explications de Rudy Reichstadt, fondateur du site conspiracywatch.info.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
"Les jeunes sont plus perméables" aux théories du complot "tout simplement parce qu'ils s'informent davantage sur les réseaux sociaux". (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

"Les jeunes sont plus perméables" aux théories du complot "tout simplement parce qu'ils s'informent davantage sur les réseaux sociaux", a déclaré mercredi 14 avril sur franceinfo Rudy Reichstadt, fondateur du site conspiracywatch.info, un observatoire du conspirationnisme et des théories du complot. Interrogé à l'occasion de la journée que franceinfo consacre à la lutte contre les fake news, Rudy Reichstadt explique que "la théorie du complot ça rassure", car cela "désigne une menace" à neutraliser et simplifie le monde. Ça "va de pair avec une forme de paresse intellectuelle". Si les adolescents adhèrent à ces théories conspirationnistes, c'est aussi par "besoin de se distinguer du groupe", d'après lui.

>> Vrai ou fake : découvrez la plateforme de fact-checking et de debunking de l'ensemble de l'audiovisuel public.

franceinfo: Les adolescents et jeunes adultes sont-ils des cibles particulières pour les fake news et théories du complot ?

Rudy Reichstadt: Oui, ce sont des cibles dans la mesure où ils sont plus perméables que la moyenne à ces choses-là. Ils sont plus perméables en raison d'un biais d'exposition, tout simplement parce qu'ils s'informent davantage sur les réseaux sociaux. On sait qu'il y a une corrélation entre ces usages informationnels, le fait de s'informer sur les réseaux sociaux, sur les plateformes de vidéos en ligne notamment comme YouTube, et une plus grande propension à adhérer à un grand nombre de théories du complot, c'est très clair. Mais je ne crois pas que les complotistes développent spécifiquement un discours en direction des jeunes. Mais il peut y avoir des YouTubeurs jeunes qui eux-mêmes sont complotistes et donc qui parlent un langage jeune avec ces codes-là, par exemple des influenceurs venant de la téléréalité comme Kim Glow qui prend des positions extrêmement radicales sur le Covid, sur le masque.

Est-ce que la période sanitaire qu'on vit depuis un an est un terreau particulièrement fertile pour le complotisme ?

Oui. Ça peut paraître paradoxal, mais la théorie du complot ça rassure. Il y a une fonction consolatrice de la théorie du complot parce que la théorie du complot désigne une menace, elle lui donne un nom et lui donne un visage parfois, par exemple celui de Bill Gates, cela suggère qu'il suffirait en fait de neutraliser et de poursuivre Bill Gates devant la Cour pénale internationale pour en finir avec le problème. D'une certaine manière, la théorie du complot rassure parce qu'elle circonscrit la menace. Une menace qu'on circonscrit, c'est déjà une menace qui fait moins peur.

N'est-ce pas aussi pour le public jeune une manière de simplifier le monde avec des méchants et des gentils ?

Oui. Ce manichéisme simplifie tout et va de pair avec une forme de paresse intellectuelle. Ça va de pair aussi avec le fait que ces jeunes, par définition quand ils ont moins de 18 ans, ne sont pas diplômés et sont moins armés a priori que leurs aînés pour faire face à cela. Et puis l'adolescence est aussi un moment de recherche d'identité, ses expériences vestimentaires et capillaires. Et c'est le moment où, on a besoin de se sentir unique, c'est ce que les psychosociologues appellent le besoin d'unicité. On sait que ce besoin de se distinguer du groupe est corrélé à une plus grande adhésion aux théories du complot.

Et votre spécialité est donc non seulement de démontrer ce qui est faux, mais aussi de décortiquer la mécanique qui rend virale cette rumeur ou théorie ?

Oui, le fact-checking n'est pas un travail suffisant, mais c'est un travail tout à fait nécessaire et indispensable parce qu'on peut prendre appui dessus pour argumenter. Il ne s'agit pas tant de convaincre des gens qui auraient complètement basculé dans cette vision du monde, dans cette pensée de manière très idéologique. Il s'agit plutôt de rattraper par la manche des gens et des jeunes notamment, qui pourraient être séduits par tout cela, mais qui n'ont pas à leur disposition les arguments, les raisonnements, les informations pour y résister. Il ne faut pas négliger la très grande naïveté de beaucoup de jeunes sur tout ça. Il m'est arrivé très souvent d'avoir des jeunes qui me demandaient : "Mais si c'est faux, pourquoi ces gens-là le disent ?" J'ai envie de leur répondre : "Ne soyez pas naïfs. Il y a des gens qui veulent vous entraîner sur des terrains idéologiques qui ne sont pas les vôtres, qui veulent vous manipuler". Les théories du complot procèdent de vraies opérations de manipulation très souvent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réseaux Sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.