Cet article date de plus d'un an.

Jugé addictif, le réseau social TikTok va avertir les jeunes au bout d'une heure d'utilisation

Les mineurs devront saisir un mot de passe pour continuer à regarder des vidéos sur l'application chinoise.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une jeune adolescente regarde son téléphone portable. (KARINE PERON LE OUAY / HANS LUCAS / AFP)

Une solution pour passer moins de temps à faire défiler des vidéos ? Le réseau social TikTok, critiqué pour son aspect addictif pour les jeunes, va mettre en place dans quelques semaines un avertissement au bout de 60 minutes d'utilisation pour tous ceux qui ont déclaré avoir moins de 18 ans. Le mineur devra saisir un mot de passe pour continuer à naviguer sur la plateforme, a annoncé l'application chinoise mercredi 1er mars.

S'ils utilisent un jumelage familial des comptes, les parents pourront "définir un temps d'écran quotidien maximal de leur adolescent", "en fonction des jours de la semaine". Mais les jeunes peuvent toujours désactiver la fonction ou mentir sur leur âge, comme sur les autres sites internet.

Près de deux heures par jour sur TikTok

Cette nouvelle fonctionnalité, qui complète des avertissements déjà existants, vise à répondre à ceux qui critiquent l'explosion du temps passé sur l'appli par les 4-18 ans, happés par le défilement ininterrompu de vidéos proposées par des algorithmes qui analysent leurs goûts. Selon une récente étude mondiale, les mineurs ont passé en moyenne 1h47 par jour sur TikTok.

"Cette proposition va dans le bon sens, mais ne répond pas à l'ensemble de nos inquiétudes, notamment sur ce qui concerne la protection des données des utilisateurs et la teneur des contenus accessibles pour nos enfants", a réagi mercredi la secrétaire d'Etat à l'Enfance. Charlotte Caubel juge qu'un "dialogue ferme et engagé avec les plateformes est le seul moyen de protéger nos enfants sur internet".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.