Fake news : business de la rumeur

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Fake news : business de la rumeur -
Fake news : business de la rumeur Fake news : business de la rumeur - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - C. Méral, J. Wittenberg, L. Seux, G. Richaud, A. Lo Cascio, V. Ghiri, S. Pichavant, F. Décominck, C. de Bellefontaine
France Télévisions
France 2
20 % des vidéos et des messages d’actualité diffusés sur Tiktok seraient des fake news. Dernière illustration en dat, une rumeur qui a été largement relayée : celle d’un report de la rentrée scolaire au 18 septembre.

Ces derniers jours, une folle rumeur s’est propagée sur les réseaux sociaux : la rentrée scolaire décalée du 4 au 18 septembre. Une fausse information diffusée sur TikTok. La vidéo a été vue plus de 2,5 millions de fois, à tel point que le gouvernement a dû démentir. Certains enfants se sont tout de même faits piégés. L’auteur de la vidéo, un jeune homme de 19 ans qui assume l’info bidon, une blague selon lui. 

Des applications payantes  

Mais ce n’est pas qu’une blague, c’est aussi un business. Sur son compte, l’influenceur invite à diffuser l’info bidon sur une application : mission du jour contre rémunération. Ceux qui postent des vidéos peuvent recevoir des token, soit des points ou de l’argent : entre un centime et 15 euros. Sur cette application qui sert à réaliser des défis, certains services sont payants. En clair, pour jouer, il faut payer. L’Europe demande aux réseaux sociaux de retirer les contenus non-autorisés mais difficile de contrer rapidement ces fake news. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.