Facebook teste la possibilité d'alerter les usagers sur les contenus extrémistes et le comportement en ligne de ses contacts

Les fonctions de "Redirect Initiative" visent à orienter les personnes utilisant des termes de recherche liés à la haine ou à la violence vers des ressources ou groupes d'éducation ou de sensibilisation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne tenant un téléphone avec le logo de Facebook, à Arlington (Virginie, Etats-Unis), le 7 avril 2021. (OLIVIER DOULIERY / AFP)

Facebook fait valoir une opération visant à combattre l'extrémisme violent. Le réseau social a commencé à tester, vendredi 2 juillet, une nouvelle fonctionnalité d'alertes demandant notamment aux utilisateurs s'ils pensent que leurs contacts deviennent extrémistes ou s'ils ont été eux-mêmes exposés à des contenus extrémistes. Ils ont alors la possibilité de cliquer sur un lien pour "avoir de l'aide" ou de fermer le pop-up qui s'est affiché.

Selon Facebook, les fonctions de "Redirect Initiative" visent à orienter les personnes utilisant des termes de recherche liés à la haine ou à la violence vers des ressources ou groupes d'éducation ou de sensibilisation. Les recherches en lien avec la suprématie blanche aux Etats-Unis, par exemple, sont dirigées vers le groupe Life After Hate. Ce dernier s'est donné pour but d'aider les gens à quitter les groupes d'extrême droite, en particulier suprémacistes.

"Je suis très préoccupé par le fait que certains technocrates de gauche créent un environnement orwellien où les gens sont arbitrairement réduits au silence ou bannis pour avoir dit quelque chose que la 'police de la pensée', n'aime pas", s'est inquiété Nicholas Freitas (en anglais), un Républicain de Virginie, qui a partagé une de ces alertes Facebook sur Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.