Cet article date de plus d'un an.

Facebook : la lanceuse d'alerte à l'origine d'une importante fuite de documents sort de l'ombre

Ancienne ingénieure cheffe de produit chez Facebook, elle a accusé le groupe de "[choisir] le profit plutôt que la sûreté" de ses utilisateurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frances Haugen, ancienne ingénieure chef de produit chez Facebook, dans un entretien diffusé le 3 octobre 2021 par la chaîne CBS. (CBSNEWS)

Ses révélations avaient ébranlé le géant des réseaux sociaux. Frances Haugen, lanceuse d'alerte à l'origine de la fuite de documents internes de Facebook, s'est montrée pour la première fois à visage découvert, dimanche 3 octobre.

Ancienne ingénieure cheffe de produit chez Facebook, elle a accusé le groupe de "[choisir] le profit plutôt que la sûreté" de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS (vidéo en anglais). Cette trentenaire doit être auditionnée mardi par la commission au Commerce du Sénat américain.

Des révélations explosives

Avant son départ de l'entreprise, en mai, Frances Haugen avait emporté avec elle de nombreux documents issus de recherches internes à l'entreprise et confiés notamment au Wall Street Journal.

Dans un article publié mi-septembre (en anglais), le quotidien avait révélé, sur la base de ces informations, que l'entreprise effectuait des recherches sur son réseau social Instagram depuis trois ans pour en déterminer les effets sur les adolescents.

Le journal avait également appris qu'un programme de Facebook permettait à certaines célébrités, responsables politiques et internautes en vue de ne pas avoir à obéir aux mêmes règles sur la modération des contenus que le reste des utilisateurs. La star du football Neymar avait ainsi pu en 2019 montrer à ses millions d'abonnés des photos d'une femme qui l'accusait de viol sur lesquelles elle apparaissait nue, avant de les supprimer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.