Etats-Unis : un million de personnes s'inscrivent à un événement Facebook pour "aller voir les extraterrestres" sur la zone 51

L'événement parodique créé sur Facebook propose de se réunir dans un centre touristique voisin avant de courir "façon Naruto" jusqu'à la base secrète. 

Une autoroute menant au Area 51 Alien Center, dans la vallée de l\'Amargosa, dans le Nevada. 
Une autoroute menant au Area 51 Alien Center, dans la vallée de l'Amargosa, dans le Nevada.  (GOOGLE MAPS)

"Prenons d'assaut la zone 51, ils ne pourront pas tous nous arrêter." Un événement parodique créé sur Facebook afin de rassembler un maximum de personnes sur cette base militaire secrète rassemble plus d'un million de participants, lundi 15 juillet. Installée dans le désert du Nevada, la zone 51 est célèbre chez les chasseurs d'extraterrestres et autres adeptes des théories du complot.

Prévu pour le 20 septembre, le rassemblement est organisé par les modérateurs  d'un site consacré aux mèmes, baptisé "Shitposting cause I'm in shambles", en collaboration avec SmyleeKun, un gamer célèbre sur le réseau social Twitch, rapporte le site Vox (en anglais)

Le plan, lui, se résume en une phrase : "On se donne rendez-vous à l''Alien centre' [une attraction touristique toute proche] et on coordonne notre entrée. Si on court comme dans Naruto [du nom d'un célèbre manga], on ira plus vite que leurs balles. Allons voir les extraterrestres." Cela fait des décennies que la zone 51 est au cœur de théories du complot, certains complotistes estimant que le gouvernement américain y cache des extraterrestres. 

"Ceci est une blague"

S'il s'agit bel et bien d'une blague potache (le concept de "shitpost" revient, en bon français, à "publier des conneries sur internet"), les organisateurs ont mis en avant une publication à l'intention du gouvernement américain : "Bonjour gouvernement américain. Ceci est une blague, je n'ai pas l'intention de mettre ce plan à exécution. J'ai juste pensé que ce serait marrant et que ça m'attirerait pas mal de 'likes'."

Et d'ajouter : "Je ne suis pas responsable si des gens décident effectivement de prendre d'assaut la zone 51."