Cambridge Analytica a accédé aux données de 87 millions d'utilisateurs de Facebook, dont plus de 200 000 en France

Le réseau social évoquait jusqu'ici le nombre d'environ 50 millions d'utilisateurs concernés.

Le siège de Facebook à Menlo Park, en Californie (Etats-Unis), le 21 mars 2018.
Le siège de Facebook à Menlo Park, en Californie (Etats-Unis), le 21 mars 2018. (JOSH EDELSON / AFP)

Le groupe Facebook a revu mercredi 4 avril à la hausse, à quelque 87 millions, le nombre de ses utilisateurs dont les données ont été récupérées à leur insu par la firme Cambridge Analytica, qui a travaillé pour la campagne de Donald Trump.

"Au total, nous pensons que les informations Facebook de jusqu'à 87 millions d'utilisateurs – la plupart aux Etats-Unis – ont pu être partagées de façon indue avec Cambridge Analytica", écrit le groupe, qui évoquait jusque-là environ 50 millions d'usagers concernés.

En France, ce sont 76 personnes en France qui ont utilisé l'application mise en cause, explique Le Figaro, qui estime qu'en comptant leurs relations, ce sont plus de 200 000 personnes, dont les informations ont aussi pu être récupérées. 

Un questionnaire à l'origine d'un scandale planétaire

La firme Cambridge Analytica a récupéré, via un questionnaire psychologique auquel ont répondu 270 000 personnes, les données de millions de leurs amis en 2014. Cela a permis à la société britannique de se constituer une précieuse base de données avant d'être embauchée par l'équipe de campagne de Donald Trump. 

A l'époque, les applications autorisées par une personne avaient accès aux données de ses amis, ce qui explique le très grand nombre de personnes affectées au final. Cette option a été supprimée en 2014 mais le PDG, Mark Zuckerberg, a reconnu que le réseau social devait mieux contrôler lui-même l'usage des données par les applications tierces.