Qui est Raptor Dissident, le "porte-étendard de la fachosphère" aux millions de vues sur YouTube ?

Adoubé par l'extrême droite, ce vidéaste français multiplie les vidéos polémiques bourrées de clins d'œil destinés aux internautes du forum "Blabla 18-25 ans" de Jeuxvideo.com. Dans son viseur : les manifestants de gauche, les syndicalistes, les féministes…

La bannière du youtubeur Raptor Dissident, qui sert d\'image de fond à la plupart de ses vidéos.
La bannière du youtubeur Raptor Dissident, qui sert d'image de fond à la plupart de ses vidéos. (RAPTOR DISSIDENT)

"Après six mois d'efforts intenses pour écrire cette vidéo de merde, il est temps de montrer que le FN est en fait le pire ennemi de l'extrême droite, et d'expliquer définitivement pourquoi les gauchistes sont des tarlouzes en plus d'être des cons." Publiée dimanche 19 novembre sur YouTube, la vidéo titrée "Malika LePen : Femme de Gauche" ne s'embarrasse pas de nuances. Insultes homophobes, dénonciation d'une prétendue "migrantophilie" de l'électorat français... La vidéo enchaîne les prises de position au minimum réactionnaires et les injures plus vulgaires les unes que les autres.

Pas de quoi empêcher la séquence de se classer durant plusieurs heures en quatrième position des "tendances" de YouTube, et de flirter avec le million de vues 72 heures après sa mise en ligne. L'auteur de cette vidéo s'appelle Raptor Dissident. Discret sur sa véritable identité – il n'a pas répondu aux sollicitations de franceinfo –, il s'est fait connaître au début de l'été 2016 en s'en prenant à une vidéaste féministe, qui a ensuite été victime d'une violente campagne de harcèlement en ligne.

Entre clins d'œil appuyés au forum "Blabla 18-25 ans" de Jeuxvideo.com, virilité exacerbée et encouragement au harcèlement, franceinfo décrypte les méthodes de ce youtubeur dont la chaîne, autoproclamée "la plus réalistiquement haineuse du YouTube français", a réussi à réunir, deux ans après sa création, plus d'un demi-million d'abonnés.

"Punchlines" et montage frénétique

Tout youtubeur qu'il soit, Raptor Dissident n'a pas grand-chose en commun avec un Norman ou un Cyprien. Là où ces derniers s'expriment face caméra et condensent leurs vidéos dans des sketchs de cinq minutes, Raptor Dissident n'est incarné à l'écran que par un dessin de dinosaure entouré de caricatures de ses victimes (manifestants de gauche, syndicalistes, militante féministe…).

A l'écran, des extraits vidéo ou des captures d'écran d'articles de presse défilent à toute vitesse, accompagnés de la voix du vidéaste qui étrille avec un débit mitraillette le "délit de bobo-gauchisme aggravé" des opposants à Donald Trump, les "têtes d'imberbes avec duvet de moustache en construction" des lycéens qui manifestaient contre la loi Travail au printemps 2016, ou encore le "pleurnichage" qui serait devenu la norme chez les féministes.

Une forme qui tranche avec le style des polémistes traditionnels d'extrême droite, relève David Doucet, rédacteur en chef aux Inrockuptibles et coauteur de La Fachosphère (Flammarion). "Une vidéo de Raptor Dissident, c'est presque une scène de battle de rap dans le film 8 Mile avec Eminem. Il a un flot de paroles très rapide et un sens de la punchline qui donne presque de la musicalité à ce qu'il raconte. C'est très efficace pour tourner en ridicule et ringardiser ses adversaires politiques."

On est bien loin des figures habituelles, comme Alain Soral ou Hervé Ryssen, qui se filment sur leur canapé ou devant leur ordinateur et exposent leurs thèses comme des pères de famille.David Doucet, coauteur de "La Fachosphère"à franceinfo

David Doucet relève toutefois que le jeune vidéaste a emprunté à Alain Soral "ce qui lui avait permis de capter l'attention : la multiplication des références". En regardant une vidéo de Raptor Dissident, l'internaute est bombardé de captures d'écran d'articles de presse et de commentaires ajoutés au montage, qu'il est impossible de lire tout en écoutant le youtubeur. A titre d'exemple, l'image suivante, extraite de sa dernière vidéo, ne reste à l'écran que quatre petites secondes.

"Son travail est très saccadé, rapide et dense, reconnaît une personnalité de YouTube que Raptor Dissident a attaquée dans une de ses vidéos. Ses techniques de montage donnent un sentiment d'accumulation qui peut sembler amusant, et qui te garantit de ne pas t'ennuyer. Mais c'est surtout une technique bien connue dans les milieux conspirationnistes : il peut balancer 50 arguments allant dans son sens en une minute sans s'attarder. Tant pis si sur ces 50 arguments, 48 sont faux : tu en sors avec une impression de vérité."

David Doucet relève ainsi que dans sa dernière vidéo, le vidéaste reproche à la "dégueulasserie communiste" que serait Mediapart d'avoir rejoint la "crasse médiatique de propagande anti-FN". La preuve ? Plusieurs captures d'écran montrant des articles accusant le vote frontiste d'être "raciste" ou "fasciste". Sauf que ces textes ne viennent pas de journalistes de Mediapart, mais d'internautes ayant ouvert un blog sur la plateforme du site. Ce qui n'est, bien sûr, jamais précisé.

Clins d'œil au forum "18-25" de jeuxvideo.com 

Pour séduire un public jeune, Raptor Dissident "reprend aussi sciemment tout le vocabulaire de la sous-culture qui s'est développée sur le forum 'Blabla 18-25 ans' de Jeuxvideo.com", note Usul, youtubeur politique "historique" marqué à gauche, et régulièrement égratigné par le vidéaste. Les vidéos de Raptor Dissident sont en effet parsemées de références cryptiques pour le commun des mortels, mais très utilisées sur ce forum dont certains membres ont insulté et menacé sur les réseaux sociaux une chroniqueuse d'Europe 1. 

Parmi elles, on retrouve l'humoriste espagnol Risitas, devenu une icône du forum après une interview absurde. A l'oral, Raptor Dissident emploie également des gimmicks du "18-25" tels que l'expression "el famoso" ("le célèbre") ou le prénom-préfixe "Jean" utilisé pour railler au choix un chômeur ("Jean-RSA"), un jeune violent ("Jean-racaille") ou sa victime ("Jean-Fabien").

L\'image de l\'humoriste espagnol Risitas est superposée à celle de Marine Le Pen.
L'image de l'humoriste espagnol Risitas est superposée à celle de Marine Le Pen. (RAPTOR DISSIDENT)

Le vidéaste utilise aussi des codes antisémites en faisant apparaître discrètement une photo de Larry Silverstein lorsqu'il évoque le journaliste Patrick Cohen. Cet entrepreneur juif, propriétaire du bail du World Trade Center au moment des attentats du 11-Septembre, avait été dédommagé à hauteur de 4,55 milliards de dollars par les assureurs. Son image est depuis utilisée sur le "18-25" pour ironiser sur sa prétendue "chance".

Un photomontage de Larry Silverstein apparaît furtivement dans le coin inférieur gauche de la vidéo lorsque le Raptor Dissident évoque le journaliste Patrick Cohen.
Un photomontage de Larry Silverstein apparaît furtivement dans le coin inférieur gauche de la vidéo lorsque le Raptor Dissident évoque le journaliste Patrick Cohen. (RAPTOR DISSIDENT)

"L'esprit Canal" au service de la "fachosphère"

Ce vernis humoristique permet aussi à Raptor Dissident de rendre sympathiques des personnalités condamnées par la justice. Il exalte ainsi dans sa dernière production la figure de Jean-Marie Le Pen, qu'il surnomme "Jean-Ma", et le présente comme un "Mayweather de la politique", qui "n'en a rien à foutre de vos sentiments humanistes de grosses tapettes".

Henry de Lesquen, ancien patron de Radio Courtoisie, condamné en début d'année pour provocation à la haine et contestation de crime contre l'humanité, a droit au même traitement de faveur. Grimé de lunettes de soleil et accompagné de visuels d'explosion, l'ancien énarque à la retraite et chantre de la "réémigration" devient l'incarnation du politiquement incorrect venant dynamiter les certitudes des "bien-pensants".

"On a souvent tendance à croire que la gauche, inspirée par le fameux 'esprit Canal' des années 1980, possède le monopole de l'humour politique et de la culture du LOL sur le web, mais une partie de la fachosphère a baigné dans ces codes et les maîtrise tout aussi bien", décrypte David Doucet. Pour ce spécialiste, Raptor Dissident et d'autres youtubeurs d'extrême droite de sa génération se sont "inspirés du ton cynique que peuvent avoir des émissions comme 'Groland', pour combattre le 'camp du bien', du moralement acceptable".

Sur Twitter, l'intéressé ironise sur sa réputation sulfureuse en ajoutant l'expression "porte-étendard de la fachosphère" à son nom d'utilisateur, en référence à un article du site Buzzfeed. "Il reprend cette formule pour prendre au dépourvu les médias et distiller le doute chez eux, mais il se rattache bien sûr à ce courant, continue David Doucet. Il s'attaque à tous les totems que déteste la fachosphère : la gauche en général, le mode de vie parisien, le féminisme ou bien encore le multiculturalisme…"

Pour le youtubeur Usul, Raptor Dissident et les vidéastes qui gravitent autour de lui – tous réunis lors d'une sorte de table ronde virtuelle repérée par Buzzfeed – "ne se prennent pas pour des idéologues", à la différence d'un Alain Soral qui ne se prive pourtant pas d'adouber sur Twitter la dernière vidéo de Raptor Dissident. "Ils ont de vraies divergences de fond : certains sont plutôt royalistes, d'autres pétainistes... Ce qu'ils cherchent avant tout, c'est une hégémonie culturelle au sens d'Antonio Gramsci : ils veulent créer une société dans laquelle on puisse assumer sa détestation de la gauche, des branleurs ou des étrangers."

Musculation et culte de la virilité

Parmi les cibles préférées de Raptor Dissident : les "fragiles", aux "corps de lâches" et autres "antifas chétifs". Chez lui, les muscles sont associés à la domination et à la virilité, quand la maigreur est liée à la soumission ou à l'homosexualité. Au rang de ses bêtes noires figurent les étudiants en "arts plastiques spé baltringues", qui s'opposent aux forces de l'ordre lors de certaines manifestations, et qui se "[prennent] pour des guérilleros argentins alors qu'[ils pèsent] 50 kilos".

Ce raccourci ne surprend pas David Doucet. "La volonté d'en découdre physiquement est assez répandue à l'extrême droite, qui est imprégnée par l'esprit du duel. Alain Soral, par exemple, n'hésite pas à décocher une droite à son contradicteur après quelques échanges d'arguments. A leurs yeux, le sport et le culte du corps permettent de séparer les 'vrais hommes' des autres, ceux qui sont animés d'une véritable volonté politique et ceux qui acceptent leur propre décadence physique", explique l'auteur de La Fachosphère.

Il est à leurs yeux inconcevable que le monde soit une construction sociale. Ce qui compte, c'est la baston, la bataille de testostérone, et la hiérarchie qui en résulte. Pour eux, si la sélection naturelle favorise les forts, la société doit en être le reflet.le youtubeur Usulà franceinfo

Pas étonnant, dans ce cadre, de voir Raptor Dissident afficher sa musculature sur son compte Instagram au nom peu équivoque, "RaptorVsFonte". Après y avoir longtemps caché son visage, le jeune vidéaste a fini par se dévoiler au printemps dernier.

Une publication partagée par RaptorVsFonte (@raptorvsfonte) le

Raptor Dissident a d'ailleurs transformé son culte de la virilité en business. A la fin de ses vidéos, qui sont souvent vues plus de 2 millions de fois, il invite les internautes à le contacter par e-mail pour obtenir des conseils payants afin de devenir, comme lui, "archi stock".

Impossible de savoir combien ces conseils rapportent au youtubeur. Il a en revanche créé à l'été 2015 une page sur le site Tipee, où ses fans peuvent donner quelques euros chaque mois pour l'encourager, et obtenir en contrepartie une affiche à son effigie, ou encore le droit de visionner ses vidéos en avant-première. Le montant récolté chaque mois fluctue en fonction de l'activité du vidéaste, mais a déjà dépassé les 1 000 euros, et s'établit à la fin novembre à 634 euros. Sans oublier les revenus générés par la pub, qui s'affiche avant et pendant ses vidéos.

Un chef de meute à l'origine de harcèlements

Dernier "talent" de Raptor Dissident : savoir mobiliser sa communauté pour harceler en ligne ses cibles, qu'il s'agisse de youtubeurs ou de journalistes. Le cas le plus édifiant : la vidéaste féministe Marion Séclin, qui avait réalisé pour le site Madmoizelle.com une vidéo dénonçant le harcèlement de rue en mai 2016. Raptor Dissident lui répond début juin avec son style agressif habituel dans une séquence supprimée depuis, mais remise en ligne par un de ses fans. Quelques mois plus tard, Madmoizelle rapporte que la jeune femme a reçu un nombre incalculable d'insultes, d'incitations au suicide, de menaces de mort ou de viol sur les réseaux sociaux.

Interrogée par franceinfo, une personnalité de YouTube confie avoir subi le même traitement durant un an. "Dès que je sortais une nouvelle vidéo, même si elle n'avait rien à voir avec lui ou un sujet politique, elle se faisait pourrir de pouces rouges et de commentaires négatifs qui faisaient souvent allusion au Raptor", rapporte cette source, qui ne désire pas être identifiée.

Un discours partagé par une autre youtubeuse, elle aussi ciblée par Raptor Dissident. "Certains menaçaient d'aller s'en prendre à ma famille, d'autres leur souhaitaient les pires maladies du monde… Quelques personnes m'ont aussi fait chier dans la rue." 

Ça n'a jamais été violent physiquement, et ces gens ne sont jamais venus me parler en face pour s'expliquer, mais à une petite dizaine de reprises, certains m'ont insultée ou ont crié 'Raptor Dissident' dans la rue.Une personnalité de YouTube ciblée par le vidéasteà franceinfo

Ces deux sources ajoutent avoir été poursuivies par des commentaires injurieux dans des vidéos publiées par d'autres chaînes ou émissions de télévision où elles apparaissaient. A l'image des chroniques de Marion Séclin, diffusées à la rentrée 2016 dans l'émission "Actuality" de France 2, inondées de pouces rouges lors de leur mise en ligne sur YouTube

Dans une de ses vidéos, Raptor Dissident s'est défendu d'encourager ses fans à insulter ses cibles : "Je ne prétends pas être leur daron [père] et je n'ai aucune éducation ou leçon à leur donner. Je ne peux pas commander les gens, et même quand j'essaie, ils ne m'obéissent pas."

Il n'encourage en tout cas pas ses fans à tourner la page. Près d'un an et demi après avoir pris pour cible la vidéaste féministe, il continue d'introduire ses vidéos en la mettant en scène. "C'est facile pour lui de dire qu'il n'est pas responsable du comportement de ses abonnés quand, pendant vingt minutes de vidéo, il les chauffe à blanc en s'acharnant sur une personne. Si mes abonnés se livraient à ce genre de comportement, je leur dirais bien sûr d'arrêter", souffle une de ses cibles.