Les Craypion d'or, des prix pour récompenser les sites web les plus décalés

Jeudi aura lieu la cérémonie de remise de ce prix qui rend hommage à des sites "de l'autre internet". A l'honneur, gaffes, bévues et graphisme coloré. Explications. 

Capture d\'écran de la page d\'accueil du site des Craypion, prix ironique du site internet \"chatoyant\".
Capture d'écran de la page d'accueil du site des Craypion, prix ironique du site internet "chatoyant". (LES CRAYPION D'OR)

Il y a les paillettes, les dégradés de couleurs pastel ou fluo, les polices de caractères dont on ne soupçonnait pas l'existence... Internet regorge de sites qui ont échappé aux règles de base du graphisme et du marketing. Un internet "venu d'ailleurs" que mettent en valeur, non sans se moquer, les Craypion d'Or, dont la 3e édition aura lieu jeudi 19 décembre à Paris. 

L'internet "qui pique les yeux", mais authentique

Ce "prix ironique", qui porte le nom de Jean-René Craypion, son créateur fictif, récompense, un site ou une création web "venue d'ailleurs, aux couleurs chatoyantes et au look qui pique les yeux". Créé en décembre 2010 par le blogueur Henry Michel, aidé par Alexandre Hervaud et Romain Buthigieg, il met en valeur "un autre" internet.

"On est une communauté de gens qui aimons le web. Et on a des parents, des tontons, des cousins, des petites sœurs qui utilisent le web d’une manière qu’on peut snober au début, mais ils s’éclatent avec ça, ils s’éclatent avec leurs contenus. Mon père, il envoie des Powerpoint de 20 Go par mail et ça me fait mourir de rire et je l’aime", expliquait en 2010 Henry Michel, cité par Culturevisuelle.org

Il s'agit de "célébrer dans l’humour les mille et une raisons pour lesquelles nous aimons autant ce bel endroit plein de couleurs et de gifs animés", dit de son côté le site des Craypion sur son message de lancement 2013. Contrairement aux Gérard du cinéma, qui pointent le pire du 7e art, "les Craypion d’or prennent le web tel qu’il est et ne cherchent surtout pas à l’améliorer", insiste le blogueur Vincent Glad.

Un prix participatif

Les internautes eux-mêmes choisissent les nominés. Ils suggèrent les sites sur lesquels ils ont pu tomber au gré de leurs pérégrinations sur internet. Ces sites sont classés selon 14 catégories, dont "article de presse en ligne", "datavisualisation", "municipalité", "photographie de nourriture online". Attention, il ne suffit pas de ressortir de vieilles archives, tous les nominés doivent être encore en ligne au moment de la cérémonie. L'édition 2013 inclut des nouvelles catégories pour ne pas oublier les réseaux sociaux, dont les groupes Facebook et les comptes Instagram.

Au terme d'un vote en ligne ouvert à tous, trois finalistes sont retenus pour chaque catégorie en vue de la remise des prix. De plus, le suprême Craypion d'Or est attribué au site qui a remporté le plus de points toutes catégories confondues. En 2012, c'est le site vert pomme de la mairie de Beuzeville, dans l'Eure, qui a été distingué. 

Les pépites de 2013

Dans la catégorie "community management", les tweets pour le moins maladroits de Pôle emploi et de Pascal Nègre (PDG d'Universal Music France) sont au coude à coude avec le community manager de la police nationale : il a tweeté par erreur, avec son compte professionnel, son score au jeu Banana Kong.

Un smiley de rosette et de salami figure en bonne place dans la catégorie "photo de nourriture". Tandis que du côté des "vidéos d'entreprises", le Lipdub Auchan est en compétition avec le triste robinet qui fuit Telm’Eau Plomberie et l'étonnante vidéo promotionnelle de la Fia 2013.

Capture d\'écran du site des Craypion d\'Or catégorie \"photographie de nourrieture online\". 
Capture d'écran du site des Craypion d'Or catégorie "photographie de nourrieture online".  (CRAYPION / FRANCETV INFO)

 

Enfin, le câlin de Nadine Morano à une statue ivoirienne, la photo-souvenir de Jean-Pierre Chevènement après son exercice de questions-réponses sur Twitter, et les Google glasses de Loïc Le Meur sont les finalistes de la catégorie "Instagram".