Fortnite contre Apple : ce qu'il faut savoir sur cette bataille royale qui se joue au tribunal et dans votre téléphone

Epic Games, qui a développé Fortnite, accuse le géant californien d'abuser de son pouvoir en prenant une importante commission sur les gains réalisés par le jeu. Le procès s'est ouvert lundi aux Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Tim Sweeney, le patron d'Epic Games, arrive au tribunal lors du procès qui l'oppose à Apple, le 3 mai 2021 à Oakland, en Californie (Etats-unis). (JUSTIN SULLIVAN / AFP)

Après des mois de va-et-vient médiatiques, le procès intenté par Epic Games, la société éditrice du très populaire jeu Fortnite, à Apple, s'est ouvert, lundi 3 mai, à Oakland (Californie), aux Etats-Unis. Ce procès, qui doit durer trois semaines, est suivi de près par toute l'économie de la tech et les plateformes en ligne. Franceinfo vous explique pourquoi.

Quelle est l'origine de la brouille entre Epic Games et Apple ?

Epic Games, à l'origine de la plainte, s'attaque au modèle économique de l'App Store, le magasin d'applications qui se trouve sur les appareils d'Apple. Il dénonce les conditions posées par le géant. Tous les développeurs d'applications peuvent en effet vendre du contenu additionnel (abonnements, monnaie virtuelle...), mais pour cela ils doivent passer par Apple, qui joue le rôle d'intermédiaire et prélève une commission de 30% sur toutes les transactions. Depuis décembre, cette commission s'élève à 15% pour les plus petits éditeurs indépendants.

L'offensive a commencé le 13 août 2020, date à laquelle Epic Games a initié une campagne de communication nommée #FreeFortnite sur les réseaux sociaux, pour accompagner le lancement d'une boutique alternative au sein de l'application du jeu vidéo sur iOS, le système d'exploitation dévéloppé par Apple pour ses appareils de type iPhone. Epic Games proposait ainsi à ses joueurs d'acheter la monnaie virtuelle de Fortnite moins cher s'ils passaient directement par son système de paiement, et non par celui d'Apple.

En réponse, la firme californienne a immédiatement retiré de l'App Store le jeu très populaire, qui comptabilise plus de 116 millions d'utilisateurs sur iOS. Conséquence : Epic Games a porté plainte contre Apple pour "abus de position dominante". L'éditeur de jeux vidéo assure se battre "par principe", au nom de la liberté des développeurs et des joueurs.

Qu'est-ce que cela change pour les joueurs de Fortnite sur iOS ?

La firme à la pomme a bloqué les mises à jour et les nouvelles installations de Fortnite sur l'App Store. Elle a aussi indiqué mettre un terme aux moyens de développement de Fortnite sur les appareils dépendant de son système d'exploitation iOs. Par conséquent, la mise à jour 14.00 baptisée "Chapitre 2 – Saison 4 de Fortnite" n'est pas sortie sur iOS et macOS (système d'exploitation pour les ordinateurs développés par Apple) le 27 août, explique Epic Games sur son site. Il est toujours possible de jouer à la version 13.4 de Fortnite, mais l'accès aux nouveaux contenus est impossible pour le moment.

Les objets virtuels du jeu déjà acquis par les clients continueront à fonctionner sur toutes les plateformes, mais les nouveaux objets de Fortnite ajoutés après la mise à jour 13.4 ne seront pas disponibles sur iOS s'ils ont été achetés sur une plateforme différente.

Quels sont les principaux enjeux du procès ? 

Cette passe d'armes judiciaire soulève la question du monopole d'Apple dans l'univers tech. Est-ce que la firme abuse de sa position dominante ? Comment définir un monopole en ligne ? Telles sont les questions sensibles que la juge Yvonne Gonzalez Rogers va devoir trancher. Elle devra également décider si la commission de 30% qu'Apple encaisse à chaque achat est démesurée, comme l'estiment ses détracteurs.

En 2017, le patron d'Epic Games affirmait déjà que cette commission permettait à Apple de faire une marge colossale. "Il y a les serveurs, le service auprès des clients et d'autres coûts, mais il est très pénible de constater que ces App Stores dépensent 5 à 6% de leurs revenus pour leur fonctionnement. [Les distributeurs] empochent donc une forte proportion de ces chiffres d'affaires, et ils ne font pas grand-chose pour nous aider", affirmait Tim Sweeney, comme le rapportait alors le média iGeneration. Apple a d'ailleurs déjà été attaquée sur ce point, notamment par Spotify. Le 30 avril, l'Union européenne, saisie d'une plainte du géant du streaming, a estimé que le fabricant de l'iPhone avait bien "faussé la concurrence" pour évincer ses rivaux, notamment grâce aux commissions "très élevées" dont ses propres applications sont de facto exemptées.

Selon ce qu'a rapporté samedi le site Bloomberg (article en anglais), un expert d'Epic Games estime qu'Apple a réalisé une marge de 78% en 2019 sur l'App Store. La compagnie de Tim Cook considère ce calcul comme faux, car l'App Store ne représente "pas une activité séparée". Selon elle, il est impossible de jauger de cette manière les bénéfices de la marque.

Apple insiste sur le fait que ses pratiques n'entravent pas la concurrence et que la commission sert seulement à financer le fonctionnement de l'App Store. Lors du premier jour de procès, l'avocate d'Apple a ainsi affirmé que son client n'exerce pas plus de monopole qu'une "épicerie", tout en rappelant que les joueurs peuvent trouver Fortnite sur d'autres plateformes, y compris sur des consoles ou ordinateurs fabriqués par des concurrents. L'entreprise a par ailleurs demandé à la juge d'interdire à Epic Games de dévoiler des informations financières sur elle.

Quelles conséquences peut avoir le procès sur l'économie numérique ?

Epic Games se présente comme le porte-étendard des applications victimes des commissions pratiquées par les géants de la tech. Un autre procès devrait d'ailleurs opposer cette année la société de Tim Sweeney à Google, souligne le New York Times (article en anglais). Une première victoire contre Apple pourrait avoir des implications majeures. En créant un précédent, le marché des applications, qui pèse près de 100 milliards de dollars, en serait bouleversé. Un succès de l'équipe de Fortnite donnerait également plus de poids aux attaques contre les principaux acteurs du numérique, qui font face à diverses allégations sur leurs pratiques anticoncurrentielles, aux Etats-Unis et en Europe.

A contrario, si Apple gagne, cela renforcera son emprise sur les applications mobiles et étouffera les critiques croissantes à l'égard de son modèle économique. Selon le New York Times, une victoire ne fera ainsi qu'asseoir davantage le pouvoir de l'entreprise la plus rentable au monde, qui a dépassé les 200 milliards de dollars de recettes de ventes au cours des six derniers mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Apple

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.