Locations entre particuliers : la lutte contre les dérives s'organisent

Pour contourner les interdits liés au Covid-19, de nombreuses fêtes clandestines sont organisées dans des locations, au grand dam des propriétaires face aux dégâts occasionnés. Airbnb a interdit les rassemblements de plus de 16 personnes.

FRANCEINFO

"Je me sens vraiment souillée, ce n’est plus mon appartement, c’est l’appartement de tout le monde." Anissa découvre l’état de son logement : une télévision fissurée, un parquet ravagé par de l’alcool et de l’huile. Un saccage orchestré par des jeunes de son quartier. Lors de la réservation, cette propriétaire est dupée par une adolescente. Elle croyait avoir loué son appartement à une famille venue pour un petit séjour à Disneyland Paris. Mais ce sont 60 jeunes qui sont venus dans son appartement.

Des nuisances sonores et des dommages

Face à la fermeture des boîtes de nuit, certains fêtards louent des logements sur les plateformes de locations entre particuliers pour pouvoir organiser une soirée. Outre le propriétaire, les voisins subissent aussi les nuisances. Pour lutter contre ces dérives, Airbnb vient d’interdire toute réservation pour une fête et l’occupation de plus de 16 personnes par appartement. En France, la multinationale surveille aussi les réservations de moins de 25 ans. Sur 100 000 séjours, seuls trois donneraient lieu à des réparations importantes, d’après Airbnb.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran du site Airbnb, le 2 mars 2017, à Paris.
Capture d'écran du site Airbnb, le 2 mars 2017, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)