Locations Airbnb : une journée avec une brigade de la mairie de Paris qui traque les propriétaires fraudeurs

Certains propriétaires abusent d'Airbnb et louent des logements aux touristes toute l'année. La maire de Paris mobilise ses agents pour les débusquer.

Les propriétaires parisiens qui louent leurs logements à l\'année sur Airbnb sont traqués par des brigades de la mairie de Paris.
Les propriétaires parisiens qui louent leurs logements à l'année sur Airbnb sont traqués par des brigades de la mairie de Paris. (LEON TANGUY / MAXPPP)

Malgré des règles strictes, de nombreux propriétaires parisiens usent, et parfois abusent, de la plateforme internet Airbnb en louant leurs logements toute l'année à des touristes.

Depuis deux ans, la mairie de Paris tente donc de réguler ces locations abusives en traquant les annonces sur internet. Des brigades spécialisées se rendent également sur le terrain, comme celle de Camille et Julie, deux agents assermentées qui ont sillonné, jeudi 4 juillet, les rues de Montmartre.

"À peu près 25 meublés" dans une seule rue

Dans la seule rue des Trois-Frères, dans ce quartier, il y aurait "à peu près 25 meublés" proposés à la location sur Airbnb, d'après Camille et Julie. Et les quartiers touristiques, comme celui de Montmartre, sont dans leur viseur.

Un duplex retient particulièrement leur attention, dans cette rue. "Nous avons 398 commentaires sous cette annonce, sur le site. Ça fait beaucoup. Alors l'idée, c'est d'aller voir si c'est une résidence principale, ou secondaire." La règle est simple : s'il s'agit d'une résidence principale, elle peut être louée 120 jours par an. Si c'est une résidence secondaire, la location est tout simplement interdite.

Camille et Julie entrent dans l'immeuble et montent au 5e étage pour trouver le fameux duplex. Arrivées devant la porte, un indice : "Souvent, les touristes laissent leurs chaussures devant la porte, par coutume", murmurent-elles. Elles frappent et un homme leur ouvre la porte. Il leur assure qu'ici, il n'y a pas de locations réservées aux touristes. Les deux femmes sont pourtant certaines du contraire : "On va écrire un courrier à son propriétaire, pour vérifier".

Des voisins excédés qui contactent la mairie

Le contrôle continue. Camille et Julie se dirigent vers un autre bâtiment, mais comme souvent, les digicodes entravent leur mission. "C'est frustrant !", lâche l'une d'entre elles. Les agents repèrent les locations abusives en enquêtant sur le site internet, mais de plus en plus, ce sont directement des voisins excédés qui leur adressent un signalement.

Mireille, une voisine, en a assez de croiser sans cesse des touristes dans son hall d'immeuble. "Au 2e étage, depuis plusieurs mois, ça défile sans arrêt. Et la musique... C'est infernal, le bruit qu'ils font !".

La plupart du temps, Camille et Julie sont bien reçues. D'autres fois, elles se retrouvent face à des propriétaires hargneux : "Ils nous disent 'Gestapo, régime de Vichy, vous avez pas autre chose à faire ?!'", soupirent les deux agents.

En 2018, à Paris, 179 logements loués sur Airbnb ont été déclaré frauduleux, et condamnés par le tribunal de grande instance de Paris. En tout, le montant des amendes prononcées dépasse les deux millions d'euros.

Le reportage de Farida Nouar avec la brigade de lutte contre les propriétaires parisiens qui abusent d'Airbnb
--'--
--'--