Huile d'olive : mauvaises récoltes et prix en hausse

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 25/09/2014Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

A 46 ans, Sylvain se pose déjà la question de son avenir. Continuer son entreprise ou tout arrêter et faire autre chose pour enfin profiter de sa vie de famille.

Le prix de l'huile d'olive va augmenter dans les rayons. Les récoltes ont été très mauvaises cette année, en Andalousie et dans le sud de l'Italie. En cause, la météo mais aussi une bactérie qui tue les oliviers.

L'Andalousie, la plus grande oliveraie du monde. Des oliviers qui profitent généralement du climat sec et aride de la région. Mais la récolte cette année s'annonce très mauvaise.

Les olives sont toutes petites et et n'ont pas leur taille normale. Elles sont toutes ridées et dans un mois, elles vont tomber. C'est un arbre qui ne va servir à rien.

Les oliviers ont besoin d'un minimum d'eau et il n'a pas plu une goutte en Andalousie entre avril et septembre. Une sécheresse exceptionnelle. Seuls les arbres irrigués donnent des olives à la taille normale. La différence entre les deux est flagrante mais impossible d'envisager une irrigation totale sur ces dizaines de milliers d'hectares.

Ça coûte cher d'irriguer. Il faudrait creuser très profondément et on n'amortirait pas l'investissement.

Alors quand la récolte va commencer en novembre, dans le village d'Ignacio, le dernier moulin traditionel de la région risque de tourner au ralenti, l'huile d'olive va se faire plus rare.

La production risque de baisser de 50 à 60 %.

Des cuves vides et une conséquence immédiate pour le consommateur.

Le prix de l'olive augmente donc le prix de l'huile d'olive aussi. Il a déjà grimpé de 20 % et ça va continuer.

Une augmentation des prix qui selon les agriculteurs ne compensera pas totalement les pertes liées à la baisse de production. Pour l'Espagne, premier producteur cette mauvaise récolte à venir est un coup dur. Mais ce n'est pas le seul gros producteur qui s'apprête à vivre une année difficile. En Italie, ce n'est pas la sécheresse le problème. Dans la région des pouilles, la pluie n'a pas manqué. L'inquiétude vient d'une bactérie: la xylella fastidia. Elle attaque les arbres et les assèche. Des milliers d'oliviers sont contaminés.

Tous les fruits meurent, la bactérie empêche la circulation de la sève en bloquant les canaux a l'intérieur du tronc.

A l'heure actuelle, il n'y a aucun traitement pour empêcher la propagation de la bactérie. Seule solution : brûler ou couper les arbres malades. Pour les agriculteurs, des perspectives alarmantes.

Si tous mes arbres meurent, je n'aurai aucune production.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==