Haute-Loire : des syndicalistes de la CGT revendiquent le sabotage d'un coffret électrique

Plusieurs milliers de clients SFR et Bouygues avaient été privés de réseau à cause de ce geste, justifié par ses auteurs opposés à la loi Travail.

Deux câbles avaient été retrouvés sectionnés dans un coffret électrique de Brives-Charensac (Haute-Loire), mardi 3 mai 2016.
Deux câbles avaient été retrouvés sectionnés dans un coffret électrique de Brives-Charensac (Haute-Loire), mardi 3 mai 2016. (GOOGLE MAPS)

Pendant neuf heures, plusieurs milliers de clients Bouygues et SFR ont été privés de réseau téléphonique et internet en Haute-Loire, dans la soirée du mardi 3 mai. Dépêchée sur place, la police technique et scientifique avait découvert deux câbles sectionnés dans un coffret électrique de Brives-Charensac, raconte France Bleu. Quelques jours plus tard, le mystère a enfin été résolu.

"Plus de solution pour nous faire entendre"

Dans un communiqué, la CGT Energie a revendiqué le sabotage. Ses auteurs justifient leur geste par une volonté de dénoncer la loi Travail et de protester contre la privatisation des entreprises publiques. "Le dialogue social n'a jamais été aussi inexistant. Nous n'avons plus de solution pour nous faire entendre", se justifie la commission exécutive du syndicat. Interrogé par la radio, Pierre Marsein, secrétaire général de l'union départementale, "ne condamne ni ne soutient" cet acte de malveillance.