Guerre 14-18 : l'arrivée des soldats noir américains en France

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 13/03/2014Durée : 00h38

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le centenaire de la Grande Guerre. Voici l'un des épisodes les plus étonnants de la coopération franco-américaine. Le jour où des soldats noirs américains ont débarqué en France. A cé moment-là, Ié régime dé la ségrégation avait toujours cours aux Etats-Unis. Ils ont découvert un autre monde.

Ils ont prouvé que le courage n'était pas une question de couleur de peau. A l'époque, ce n'était pas une évidence. Ce sont les soldats noirs de l'armée américaine. En décembre 1917, les hommes du 369e régiment d'infanterie jouent du jazz sur le bateau qui les emmène en Europe. Dans l'armée américaine, les Noirs étaient cantonnés aux tâches ingrates.

En 1917, les Américains refusent que les Noirs soient intégrés dans l'armée. Ils se disent si les Noirs combattent comme tous les Américains, ils vont demander les droits de tous les Américains.

La France a besoin de tout le monde sur le front. Plutôt que d'armer lui-même des Noirs, le chef des forces américaines tranfère les 2 000 soldats sous commandement français. lls seront les plus vaillants des combattants. Melvin Miller se rappellait encore de son arrivée en France, 60 ans plus tard.

Ce jour-là, le soleil brillait. On défilait, la fanfare jouait. Tout le monde avait la tête bien haute. Nous étions fiers d'être Américains, fiers d'être Noirs.

Ils vont se faire un nom de guerre: Les diables noirs. Le régiment passe 188 jours au front. Après l'offensive victorieuse de Maison-en-Champagne, l'ensemble des hommes reçoit la Croix de guerre, certains la Légion d'honneur.

On dit qu'au moment de quitter la France, ces soldats noirs chantaient la Marseillaise.

En 1919, "Les diables noirs" sont absents du défilé de la victoire. Les Américains blancs ont refusé leur présence. A New York, le régiment est accueilli triomphalement par les Afro-Américains. Mais le gouvernement est inquiet.

La population blanche craignait des émeutes au cours desquelles les Noirs se serviraient de leurs armes et mettraien en danger l'ordre public.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==