VIDEO. Soldes : cinquante ans de fièvre acheteuse

Depuis les années 1960, les pratiques commerciales ont changé. Mais la frénésie des consommateurs reste la même. Plongée dans les archives. 

Benoît Zagdoun

Aujourd'hui comme hier, les rideaux de fer se lèvent et les acheteurs se ruent dans les rayons des magasins pour y dénicher de bonnes affaires. Mercredi 9 janvier, le coup d'envoi des soldes d'hiver ne devrait pas déroger à la règle. 

D'après un sondage réalisé par Ipsos pour le compte du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), 76% des Français ont l'intention de profiter des cinq semaines de soldes d'hiver. Un niveau similaire à celui de l'an dernier. Quinze millions de personnes au total sont ainsi attendues dans les centres commerciaux, à partir de mercredi.

De plus en plus d'hommes dans les rayons

Si la frénésie des consommateurs est toujours la même, les pratiques commerciales, elles, ont changé, comme le montrent les archives des journaux télévisés. Dans les années 1960, les soldes d'hiver intéressent presque exclusivement une clientèle féminine, et permettent avant tout de se débarrasser des invendus et des produits présentant un défaut. Dix ans plus tard, les commerçants cassent les prix pour écouler leur stock de l'an passé, avant de remplir leur boutique avec de nouvelles collections.

Peu à peu, dans les années 1980, des professionnels du rabais ouvrent leur portes. Déstockages, magasins d'usine, promotions : ce sont les soldes toute l'année. La clientèle, autrefois exclusivement féminine, devient plus masculine, notamment pour les produits high-tech. Dernière révolution en date, depuis quelques années, les soldes deviennent numériques. Quoi qu'il en soit, décennie après décennie, leur succès ne se dément pas.

Devant un magasin de Strasbourg (Bas-Rhin), le 11 janvier 2012, au début des soldes d\'hiver.
Devant un magasin de Strasbourg (Bas-Rhin), le 11 janvier 2012, au début des soldes d'hiver. (FREDERICK FLORIN / AFP)