VIDEO. Reims 1914, la cathédrale pilonnée

Un siècle après la Grande Guerre, une équipe de France 2 se penche sur les dessous du martyre de la cathédrale de Reims. Pourquoi ce symbole de l'histoire de France a-t-il été délibérément pris pour cible ?

Voir la vidéo
FRANCE 2
20 septembre 1914 : la cathédrale de Reims n'est plus qu'une carcasse de pierre. Elle a brûlé toute la nuit. La cathédrale du sacre des rois de France a bien failli disparaître pour toujours le 19 septembre 1914, dans un incroyable enchaînement de circonstances. Reims est alors encerclé par les troupes allemandes qui bombardent la ville. Il est quinze heures quand un premier obus tombe sur la tour nord et enflamme un échaffaudage de bois. Deux heures plus tard, deux autres obus allemands s'abattent cette fois sur la toiture et enflamment la charpente, qui disparaît sous les flammes.

Outil de propagande

Pendant quatre ans, Reims est impitoyablement bombardé : 1100 jours consécutifs, plus de trois cents obus dévastent la cathédrale. Aujourd'hui encore, les murs en portent les stigmates. Les images de la cathédrale dévastée bouleversent la France. Les reporters de guerre, les artistes, les peintres s'emparent de ce symbole d'un pays meurtri. Notre-Dame de Reims devient un outil de propagande pour forger l'union sacrée. Depuis, le symbole de revanche est devenu celui de la réconciliation franco-allemande entre les présidents De Gaulle et Eisenhower en 1962. 
Le JT
Les autres sujets du JT