Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo Oser, trancher, assumer : les conseils des politiques à Hollande

Laurent Wauquiez, François Bayrou et Jean-Vincent Placé ont formulé ces recommandations, quelques heures avant l'intervention du président de la République sur France 2.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande lors d'une conférence de presse au sommet européen de Bruxelles (Belgique), le 14 mars 2013. (ERIC VIDAL / REUTERS)

Au plus bas dans les sondages, dans une France minée par la crise et le chômage, François Hollande répondra aux questions de David Pujadas sur le plateau de France 2, jeudi 28 mars, à partir de 20h15. Le chef de l'Etat aura 45 minutes pour convaincre les Français. A quelques heures de son intervention télévisée, les politiques de gauche comme de droite n'ont pas été avares en recommandations.

Wauquiez : "Osez !" et "Sortez des demi-mesures !"

"Parce que François Hollande a fait des demi-mesures, il est devenu le président du chômage et des impôts", a analysé Laurent Wauquiez sur i-Télé"Osez", a lancé le vice-président de l'UMP à l'adresse de François Hollande. "Sortez des demi-mesures !" 

Le député-maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) a donné des exemples. "Prenez les engagements sur la totalité du reste de votre quinquennat de ne plus faire aucune augmentation d'impôt." Ensuite, "plutôt que votre crédit impôt-compétitivité que personne ne comprend, faites immédiatement l'affectation de toute la hausse de la TVA sur la baisse de charges pour que les entreprises retrouvent de l'oxygène".

i-Télé

Bayrou : Hollande "doit trancher, orienter, entraîner"

François Bayrou attend du socialiste "qu'il soit le chef de l'Etat". "Il y a des moments où un pays a davantage besoin de celui qui doit trancher, orienter, entraîner", a estimé le président du MoDem sur France 2. "La politique qu’il est nécessaire de suivre, c’est le contraire de ce que la campagne électorale avait promis aux Français, de facilités, de subventions, de créations de postes", a jugé le centriste.

France 2

Placé : "la ligne politique" n'est pas "assumée"

Pour Jean-Vincent Placé, le problème, c'est "la ligne politique". "Il y a eu une inflexion social-démocrate libérale lourde depuis le rapport Gallois qui est plus ou moins assumée par le pouvoir en place", a estimé le président du groupe EELV au Sénat au micro de RTL.

Du coup, "on perd à gauche et on ne gagne rien au centre", a-t-il analysé. "La gauche est inquiète, nous, les écologistes, nous sommes très perplexes, la gauche de la gauche est carrément dans l'opposition, les centristes se décalent parce qu'on met en place des débats de société qui les envoient plutôt à droite." "La base sociale qui soutient le pouvoir est de plus en plus réduite", a-t-il déploré.

RTL

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.