VIDEO. Les agriculteurs français en colère mènent des actions coup de poing

Le mot d’ordre de cette journée d’action menée par des agriculteurs accablés par les réglementations et les contrôles : "lâchez-nous la grappe".

France 3

Les agriculteurs français sont remontés. Pour se faire entendre, ils mènent mercredi 5 novembre une nouvelle journée d’action. Ils étaient une centaine dès 4 heures le matin pour filtrer les poids lourds dès l’entrée du marché de gros de l’agglomération lilloise. Une opération coup de poing censée dénoncer les incohérences du système et le manque criant d’harmonisation. Une équipe de France 3 est partie à leur rencontre à Lomme dans le Nord.

"Ce qu’on regarde aujourd’hui, c’est l’entrée des camions aux mines de Lomme pour voir si l’origine française est encore bien présente", explique un éleveur à Verlinghem. "Et là malheureusement, on tombe sur des carottes d’origine étrangère, et on s’aperçoit que la qualité est très médiocre", ajoute Olivier Fagoo.

"C’est un problème européen"

Sébastien Menu, un maraîcher à Lesquin, revient sur le manque d’harmonisation. "C’est un problème européen. Des produits qui sont autorisés en Espagne et strictement interdits en France. Si un agriculteur français utilisait cela, c’est le tribunal, car on va l’accuser d’empoisonner les consommateurs", affirme-t-il.

En raison d’une concurrence déloyale et de normes toujours plus contraignantes pour les agriculteurs français, la situation est devenue explosive, assure la Fédération nationale des exploitants agricoles (FDSEA). Bilan de l’opération : des centaines de kilos de fruits et légumes brûlés en place publique, mais aussi quelques tonnes de fumier déversées un peu plus tôt aux portes des administrations lilloises.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Paris, les agriculteurs ont déversé des monceaux de pommes de terre, le 5 novembre, place de la République à Paris, à l\'appel de la FNSEA.
A Paris, les agriculteurs ont déversé des monceaux de pommes de terre, le 5 novembre, place de la République à Paris, à l'appel de la FNSEA. (THOMAS SAMSON / AFP)