VIDEO. La première nuit du maire Sevran, en grève de la faim pour les "villes pauvres"

Stéphane Gatignon a planté sa tente devant l'Assemblée nationale. Face à des banques qui refusent de faire crédit à sa commune, il réclame l'aide de l'Etat.

Loubna Anaki, Olivier Gardette / France 2

FRANCE - Après sa première nuit sous la tente, il se dit  "déterminé" à obtenir une réponse "concrète". Le maire EELV de Sevran a entamé une grève de la faim depuis vendredi 9 novembre devant l'Assemblée nationale pour obtenir l'aide de l'Etat pour sa ville en grave péril financier. "Il y a eu pas mal de monde à passer toute la soirée et toute la nuit pour me soutenir: des jeunes, des moins jeunes, des habitants de Sevran et aussi des curieux venus pour comprendre mon action", a expliqué samedi matin à Stéphane Gatignon.

Depuis vendredi après-midi, il a entamé une grève de la faim installé dans une tente sur un trottoir à proximité de l'Assemblée nationale, au-dessus de laquelle on peut lire sur une banderole: "Les budgets des communes pauvres ont besoin de solidarité face à la crise". Le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis), 51 000 habitants, réclame "une réforme des finances et de la fiscalité locales", notamment une revalorisation de la dotation de solidarité urbaine (DSU), qui doit être votée mardi à l'Assemblée. "J'ai plus le choix, je dois me battre pour ma ville. Et de l'argent il y en a en Île-de-France: nous sommes dans une des zones d'Europe les plus riches avec des maires qui sont assis sur des coffres-forts, il faut donc partager les richesses", a-t-il insisté.

"Un combat courageux" pour Manuel Valls

Manuel Valls est allé à sa rencontre samedi matin. "Je suis venu ce matin (samedi) pour lui apporter un message de solidarité et d'amitié car il mène un combat courageux", a déclaré Manuel Valls. Dans le cadre d'un débat la semaine prochaine à l'Assemblée sur l'aide financière de l'Etat aux collectivités locales, le gouvernement abordera "l'ensemble des financements des communes les plus pauvres dont Sevran fait partie", a déclaré le ministre.

Stéphane Gatignon, le 9 novembre 2012 devant l\'Assemblée nationale.
Stéphane Gatignon, le 9 novembre 2012 devant l'Assemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)