Cet article date de plus de dix ans.

Vidéo François le "gestionnaire" contre Jean-François le "dynamique"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Hervé Pozzo
Article rédigé par
France Télévisions

Les 300 000 adhérents de l’UMP étaient appelés à désigner celui qui décidera de la nouvelle équipe dirigeante du parti. Francetv info est allé sentir la tendance dans un bureau, à Sêvres, dans les Hauts-de-Seine.

SUCCESSION A L'UMP - Filloniste, Copéiste, les suffixes accolés aux noms des deux hommes politiques en lice pour la présidence de l'UMP sont encore fragiles tant le doute ou l'indécision semblent étreindre les quelques votants interviewés dimanche 18 novembre. Car si certains louent le "dynamisme" d'un Jean-François Copé ou "la stature de chef d'état" de François Fillon une grande majorité des adhérents UMP rencontrés ce matin avouent leur difficulté à choisir entre deux courants qu'ils peinent à reconnaître.

Souvent séniors, voir plus, la plupart déclarent "voter pour un chef de parti" pas
pour un potentiel présidentiable. Car le futur scrutin présidentiel est "encore trop loin pour
qu'il n'y est pas de changement". Quand on évoque une éventuelle droitisation de l'UMP
une gêne apparaît chez certains car le mot  du jour est "rassemblement". Et selon eux cette droitisation n'est qu'un "épiphénomène" ou une "erreur de jugement des médias".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.