VIDEO. Delphine Batho règle ses comptes

Après la conférence de presse tenue ce jeudi 4 juillet après-midi par Delphine Batho, deux jours après avoir été remerciée par Jean-Marc Ayrault, deux réactions bien différentes dans les rangs du PS.

Comme promis, l’ex-ministre de l’Ecologie "remerciée" a tenu une conférence de presse ce jeudi 4 juillet après-midi. Elle dit avoir "payé [son] engagement dans la transition énergétique" et dénonce la pression des groupes industriels (liées aux gaz de schiste et au nucléaire) qui auraient leurs entrées à l’Elysée. "Ces forces ne se sont pas cachées de vouloir ma tête, mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n’y seraient pas parvenues." Delphine Batho accuse aussi Jean-Marc Ayrault d’arbitrer les dossiers sans discussion directe avec ses ministres.

Les règles ont changé, dit-elle, depuis le tournant de la rigueur – ce que réfute le président du groupe PS à l’Assemblée.Bruno Le Roux ne voit dans le plaidoyer de Delphine Batho que "faux-fuyants" et refus d’"assumer ses responsabilités".

Au PS, il en est d'autres pour saluer le courage d’une ministre qui dit tout haut ce que d’autres pensent tout bas : Cette "femme qui ne baisse pas la tête (...) et reste au combat" rend à Malek Boutih "un peu de sa fierté d’être à gauche" et "représente tout ce dont [sa] génération a envie". En tout cas, ce jeudi, Delphine Batho a retrouvé sa liberté de parole… avant de récupérer son siège de députée des Deux-Sèvres, dans un mois.

 

L\'ex-ministre de l\'Ecologie, Delphine Batho, a donné une conférence de presse, jeudi 4 juillet, deux jours après son limogeage du gouvernement.
L'ex-ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, a donné une conférence de presse, jeudi 4 juillet, deux jours après son limogeage du gouvernement. (PATRICK KOVARIK / AFP)