VIDEO. Comment les zoos protègent-ils les espèces les plus sensibles au froid ?

Certains animaux sont particulièrement sensibles au froid qui sévit actuellement en France. Une équipe France 3 s'est rendue au zoo d'Amnéville.

FRANCE 3

Dans les zoos, les différentes espèces qui y vivent ne sont pas toutes égales face au froid. Au parc zoologique d'Amnéville où s'est rendue une équipe de France 3, certains se sentent comme des poissons dans l'eau par des températures inférieures à zéro, d'autres doivent être mis à l'abri. Ainsi le chat des sables, espèce très frileuse originaire du nord de l'Afrique, reste dans un enclos chauffé dès que le thermomètre passe en dessous des 15°. "On est obligé d'adapter. De mettre des lampes chauffantes pour que ce soit un petit peu plus supportable pour eux, d'avoir des chauffages bien puissants, de calfeutrer tout ce qui est trappes qui mènent à l'extérieur", détaille Élodie Poutou, soigneuse animalière.

Les espèces asiatiques et africaines particulièrement sensibles

Même chose pour les rhinocéros, qui, dépourvus de poils, n'aiment pas du tout le froid. "Ils doivent rester à l'intérieur parce qu'ils craignent beaucoup le gel", explique Sébastien Grosse. "Leurs oreilles et leur queue peuvent geler très rapidement", poursuit le soigneur. Les espèces d'Asie et d'Afrique sont les plus exposées, surtout pour ce zoo lorrain, où le climat n'est pas toujours clément. Froid, pluie, humidité, il faut pouvoir mettre les animaux à l'abri. Alors, "la surface qu'on prévoit en enclos extérieur, on doit prévoir la même en enclos intérieur", expose Marion Cabrol, responsable pédagogique.

Le JT
Les autres sujets du JT