Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Argent public : le secteur associatif aiguise les appétits politiques

Un secteur qui génère à lui seul près de 34 milliards d’euros chaque année, cela attise les convoitises… Une manne censée servir l’intérêt général mais qui est parfois utilisée à des fins politiques, avec des associations servant de bras armé aux élus. Pendant six mois, "Pièces à conviction" a enquêté sur la face sombre des associations.

Voir la vidéo
PIECES A CONVICTION/FRANCE 3
avatar
France 3Valerie KowalFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Méfiez-vous. Oui, sérieusement, faites attention. Tout ce qui est du monde associatif, politique. C’est assez violent […] Moi, j’ai entendu clairement des gens qui m’ont dit qu’ils ne voulaient pas bouger parce qu’ils n’avaient pas envie de prendre une balle dans la tête". Avant de commencer son enquête sur les liaisons dangereuses entre élus et associations, "Pièces à conviction" ne s’attendait pas à un tel témoignage… La situation semble parfois si tendue que certains n’osent même pas s’exprimer à visage découvert. Le secteur associatif génère à lui seul près de 34 milliards d’euros de subventions publiques chaque année. Forcément, cela attise nombre de convoitises…

Cette manne considérable est censée servir l’intérêt général, mais certains n’hésitent pas à utiliser l’argent public à des fins politiques. En effet, il y a tellement d'argent que la tentation est grande... "En tenant les associations, vous tenez les points de relais dans les quartiers, tous les décideurs et les influenceurs", explique Hacène Chibane, conseiller municipal LREM à Drancy.

"Tous les escrocs de France...." sur ce créneau ?

Le monde associatif est parfois utilisé aux dépens du citoyen et du contribuable. "C’est sûr qu’on a l’impression que tous les escrocs de France se sont réunis sur ce créneau…", continue Julien Revial, jeune auteur de Cellule de déradicalisation. Chronique d'une désillusion (éd. Michalon), ouvrage dans lequel il raconte les mois mouvementés qu'il a passés au sein d'une structure de déradicalisation.   

"Pièces à conviction" a enquêté pendant six mois sur l’engrenage entre élus et associatifs. Clientélisme, détournement de fonds ou achats de voix, certaines petites associations de quartier comme de grandes structures se "shootent" à l’argent public... Un jeu dangereux qui commence toujours par une chasse : celle aux subventions.

Extrait de "Elus et associations : les liaisons dangereuses", une enquête de "Pièces à conviction", diffusée mercredi 29 novembre à 23h30 sur France 3.

PIÈCES À CONVICTION 29 novembre 2017.
PIÈCES À CONVICTION 29 novembre 2017. (CAPTURE ECRAN / PIÈCES À CONVICTION)