Une étude l'affirme: le vélo c'est bon pour l'économie française et la santé

Selon une étude présentée vendredi à Strasbourg, la pratique du vélo constitue un atout économique non négligeable dans l'Hexagone.Les Français parcourent en moyenne 87 km par habitant et par an, loin derrière les champions Néerlandais qui en font 800 à 1.000 km. La marge de progression est donc importante en France par rapport aux pays voisins.

Des cyclistes à Strasbourg
Des cyclistes à Strasbourg

Selon une étude présentée vendredi à Strasbourg, la pratique du vélo constitue un atout économique non négligeable dans l'Hexagone.

Les Français parcourent en moyenne 87 km par habitant et par an, loin derrière les champions Néerlandais qui en font 800 à 1.000 km. La marge de progression est donc importante en France par rapport aux pays voisins.

Les Allemands, Belges et Suisses sont dans le peloton de tête, où les cyclistes sont crédités de 250 à 500 km par an. Nicolas Mercat, chef de projet au cabinet Altermodal-Indiggo qui a réalisé l'étude, estime que "la France est dans le 'grupetto' de l'Europe (groupe de coureurs qui tentent de rattraper le peloton.)".

En France, cette pratique représente 2,8% des déplacements et concerne 40% de la population. Elle génère un chiffre d'affaires annuel de 4,5 milliards (tourisme, commerce, BTP pour aménagements de pistes cyclables etc...), selon l'étude présentée lors du congrès de la Fédération des usagers de la bicyclette.

Le nombre d'emplois créés par la pratique de la petite-reine serait de 35.000 dont 48% pour le tourisme.

Les vélos en libre-service apparus ces dernières années représentent à eux seuls un marché annuel de 150 millions d'euros et 1.200 emplois avec un bilan économique parfois discutable mais un impact réel sur la pratique des habitants.

Celle-ci a augmenté de 300% à Lyon entre 1995 et 2006, de 200% à Paris entre 1991 et 2001.

Quant à son impact sur la santé publique, il se monterait à 5,6 milliards d'euros en France, selon une méthodologie basée sur une étude danoise.

Le vélo, champion anti-trou de la Sécu

Trente minutes de coups de pédale par jour seraient suffisantes pour réduire d'un tiers les risques de mortalité. Cette pratique régulière serait en effet bonne contre les maladies cardio-vasculaires, certains cancers, l'obésité, le diabète de type II et même la dépression.

"Avec 350 kilomètres en vélo par an et par habitant, il n'y a plus de trou de la sécurité sociale", assure Nicolas Mercat.

L'objectif fixé par l'étude est de rejoindre le "peloton" en portant d'ici 2020 la part modale du vélo dans les déplacements entre 12% et 15%. Strasbourg, championne hexagonale, n'en est qu'à 8%.

Quant au nombre de kilomètres par personne, il devrait atteindre la moyenne de 250 à 350 par an.