Un amendement sur l'enfouissement des déchets nucléaires discrètement adopté avec la loi Macron

Proposé par le sénateur Gérard Longuet (Les Républicains), il a entériné, jeudi, le laboratoire d'enfouissement de Bure (Meuse).

Un employé dans les couloirs du laboratoire expérimental d\'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 4 février 2013.
Un employé dans les couloirs du laboratoire expérimental d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 4 février 2013. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Un amendement autorisant un projet d'enfouissement de déchets radioactifs a été ajouté à la loi Macron, adoptée sans vote ni débat à l'Assemblée nationale, jeudi 9 juillet. Proposé par le sénateur Gérard Longuet (Les Républicains), il entérine le laboratoire d'enfouissement de Bure (Meuse).

Francetv info fait le point sur ce que l'on sait de ce projet, contesté par des habitants de la Meuse et les écologistes.

Un laboratoire expérimental d'enfouissement des déchets

Le projet d'enfouissement des déchets Cigeo (centre industriel de stockage géologique) doit accueillir, à partir de 2025, les déchets radioactifs les plus dangereux, rapporte Mediapart. Ils seront enterrés dans des couches d'argile imperméables, à 500 m de profondeur.

Ces déchets concentrent 99% de radioactivité et doivent rester confinés pendant cent mille ans avant de ne plus être dangereux pour l'homme. Le Cigeo, qui contiendra à terme 70 000 m3 de "déchets de moyenne activité" et 10 000 m3 de "déchets vitrifiés de haute activité", sera exploité durant une centaine d'années avant d'être refermé.

Un projet contesté par les habitants

Le laboratoire expérimental de Bure est vu d'un mauvais œil par les écologistes ainsi que par des habitants de la région. Quelque 1 000 personnes ont formé une chaîne humaine devant le lieu prévu pour l'enfouissement, dimanche 7 juin, à l'appel du collectif d'associations opposées à Cigeo, rapporte France 3 Champagne-Ardenne.

Ce même collectif avait lancé une action en justice contre l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), mais a été débouté à la fin mars. Il reproche à l'Andra d'avoir sous-estimé la présence de nappes souterraines d'eau chaude à proximité du site, dans le but de faciliter l'implantation du Cigeo dans cette zone, selon France 3 Champagne-Ardenne.

L'amendement critiqué par les écologistes

"Coup tordu""coup de force"... Les députés écologistes ont vivement dénoncé l'adoption de l'amendement, sans vote ni débat à l'Assemblée, dans un communiqué publié jeudi 9 juillet. Ils estiment notamment que le gouvernement n'aurait pas dû "entériner une poubelle nucléaire sur un territoire - la Champagne - qui vient d'être classé au patrimoine de l'humanité".

"Cigeo : on ne connaît pas le coût, la réversibilité, l'inventaire des déchets, la sûreté... et il faudrait légiférer à l'aveugle ?", s'est encore agacé Denis Baupin, le vice-président (EELV) de l'Assemblée nationale, sur Twitter. Et de promettre que "le combat contre Cigeo se poursuivra, juridiquement, médiatiquement, politiquement."