Transports en commun : le gouvernement s'engage contre le harcèlement

Ce jeudi 9 juillet, le gouvernement lance une campagne pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports.

France 2

Une main baladeuse, un geste déplacé, le harcèlement sexiste dans les transports en commun serait monnaie courante. "C'est un peu tous les jours, il faut se défendre un peu tout seul donc c'est très contraignant", explique une jeune femme. Une autre explique avoir déjà été suivie. "Qu'on soit en jupe ou en pantalon c'est la même chose", souligne l'usagère. En avril dernier, un rapport annonce que 100 % des femmes interrogées ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement dans les transports, en particulier de frotteurs, des hommes qui se collent à elles. 

Bus à la demande

Pour contrer ce fléau, le gouvernement a présenté une douzaine de mesures. Parmi elles, un service de bus à la carte. La nuit, le conducteur s'arrêtera à la demande pour déposer les femmes près de leur domicile. La ville de Nantes sera la première à expérimenter les arrêts de bus à la demande. Autre proposition, un service d'alerte par SMS, doublé d'une géolocalisation des appels. Par ailleurs, deux numéros d'urgence existent : celui de la SNCF, le 3117 et celui de la RATP, le 3246.

Le JT
Les autres sujets du JT
La station de RER Stade-de-France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 8 mars 2009.
La station de RER Stade-de-France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 8 mars 2009. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)