Trafic d'animaux sauvages : à la rencontre des policiers de l'environnement

S'il est difficile à évaluer, le chiffre d'affaires du trafic d'animaux sauvages pourrait atteindre 14 milliards d'euros. Une équipe de France 2 a suivi la cellule spécialisée qui lutte contre ce délit.

FRANCE 2

C'est une perquisition particulière. Une dizaine d'inspecteurs très spécialisés qui ne cherchent ni drogue ni armes. "On est dans le cadre d'un contrôle national de personnes qui détiennent des hybrides de loups", indique un policier. Ce sont des chiens croisés avec des loups, ce qui est formellement interdit. "Ils sont plus craintifs. Un animal craintif, on ne sait pas quelle réaction il peut avoir. Ils n'ont pas à être là", assure au micro de France 2 Jérôme Legrand, de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

2 000 animaux sauvages saisis chaque année

Pour vérifier que les animaux ont bien comme parent proche un loup, les enquêteurs prélèvent son ADN, fouillent les ordinateurs des propriétaires, vérifient les papiers d'identification des animaux. Il faut prouver l'infraction. Au maximum, les contrevenants risquent un an de prison ferme et 15 000 euros d'amende. Près de 2 000  animaux sauvages sont saisis chaque année chez des particuliers.

Le JT
Les autres sujets du JT