Retraites : Hollande veut des "choix courageux" avant la fin de l'année

Pour assurer l'avenir du système de retraite français, "chacun devra prendre ses responsabilités", a prévenu le président de la République, en visite à Dijon.

Le président de la République, François Hollande, prononce un discours à la mairie de Dijon (Côte-d\'Or), le 12 mars 2013.
Le président de la République, François Hollande, prononce un discours à la mairie de Dijon (Côte-d'Or), le 12 mars 2013. (ERIC FEFERBERG / AFP)

François Hollande continue de préparer les esprits : en déplacement à Dijon (Côte-d'Or), le président de la République a déclaré, mardi 12 mars que "des choix courageux" devraient être faits "dans l'année" pour assurer "l'avenir de nos régimes de retraites".

Dimanche, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, avait expliqué que des efforts supplémentaires allaient devoir être faits par "tous les Français" pour permettre au régime des retraites de revenir à l'équilibre.

"Chacun devra prendre ses responsabilités"

"La réforme de 2010", sous la présidence de Nicolas Sarkozy, "était supposée assurer pour toujours, au moins jusqu'en 2020, l'équilibre de nos régimes de répartition", a expliqué François Hollande dans un discours à la mairie de Dijon. Or "aujourd'hui nous constatons que le déficit prévisionnel de nos régimes de retraite pourrait atteindre 20 milliards d'euros à la fin de 2020".

"Alors, chacun devra prendre ses responsabilités : l'Etat mais aussi les partenaires sociaux qui négocient en ce moment même pour les régimes complémentaires et qui seront associés à ce processus". François Hollande a précisé que les décisions à venir devraient permettre "une réforme structurelle de nos régimes de répartition en tenant compte de la pénibilité et en réduisant les inégalités".

Le président de la République a enfin précisé le calendrier, expliquant : "Nous aurons à faire ces choix dans l'année."