Cet article date de plus d'un an.

Rentrée scolaire 2022 : la facture de la cantine devrait augmenter d'au moins 4 %

Publié Mis à jour
Rentrée scolaire 2022 : la facture de la cantine devrait augmenter d'au moins 4 % -
Rentrée scolaire 2022 : la facture de la cantine devrait augmenter d'au moins 4 % Rentrée scolaire 2022 : la facture de la cantine devrait augmenter d'au moins 4 % - (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Peyrout
France Télévisions
France 3

Des fournitures scolaires, des habits plus chers et bientôt, la cantine plus chère. La rentrée scolaire 2022, sur fond d'inflation, touche directement le porte-monnaie des ménages. Le journaliste Alexandre Peyrout, présent sur le plateau du 19/20, mardi 23 août, fait le point.

Le coût de la cantine scolaire augmentera, à la rentrée 2022 de 4 %, selon le Syndicat National de la restauration collective. "Cela pourrait grimper encore plus dans les mois à venir. Les entreprises de distribution de repas (...) demandent une augmentation d’au moins 7 %. Le prix moyen d’un repas à la cantine pour les six millions d'enfants qui y mangent pourrait alors passer à 7 euros par jour, contre 6,50 euros jusqu'à présent", détaille Alexandre Peyrout.

Une hausse due à l'inflation et au coût de l'énergie. "Certaines mairies mettent aussi en avant l’augmentation du point d’indice des fonctionnaires, décidée par le gouvernement. Cela engendre automatiquement une hausse des salaires des agents chargés de servir les repas aux enfants, tout cela, à la charge de la commune", ajoute le journaliste. 

Une hausse de la note ou des impôts supplémentaires

Reste à savoir qui prendra en charge cette augmentation. "Cela dépendra de ce que décideront les maires : pour répercuter ces hausses de tarifs, ils pourront soit augmenter les tarifs, ce qui serait donc à la charge des parents d’élèves, soit augmenter les impôts pour tous les contribuables de la commune", détaille Alexandre Peyrout. "D’autres villes ont trouvé des moyens de contourner ces hausses, par exemple en faisant plus de repas végétariens, moins chers à cuisiner, mais aussi en offrant un moins de choix, voire carrément en réduisant les portions dans les assiettes des enfants", conclut le journaliste.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.