Cet article date de plus de trois ans.

Creuse : un village se bat pour garder son école

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Creuse : un village se bat pour garder son école
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

C'est l'une des premières questions que pose un jeune couple avant de s'installer dans un village : y a-t-il une école ? À Bussière-Dunoise (Creuse), la commune se bat pour conserver ses quatre classes. Dans ce département, neuf classes ont fermé l'année dernière.

Dans la classe de maternelle, les plus petits apprennent à devenir des élèves, quand les plus grands commencent déjà la lecture. Alors toute la journée, la maîtresse doit s'adapter aux besoins de chacun. En CP, avec six élèves, on est loin des quotas de la nouvelle réforme qui prévoit 12 élèves en réseau d'éducation prioritaire (REP). Mais ici, comme dans la plupart des écoles rurales, les CP doivent partager leur maître avec des CE1, et l'équation repose sur de faibles effectifs.

L'école en sursis grâce aux naissances

À Bussière-Dunoise (Creuse), l'école peut compter sur le soutien sans faille des parents d'élèves, convaincus que la fermeture d'une classe aurait des conséquences graves à long terme sur le village. Marie-Noëlle Legendre a grandi en ville. Elle travaille à Guéret (Creuse), à 20 kilomètres de là. Elle s'est installée à la campagne avec sa famille il y a cinq ans, pour la qualité de vie. Mais les fermetures successives des écoles pour ses enfants pourraient l'en faire partir. Les habitants espèrent gagner un an de sursis, car avec les récentes naissances, 21 enfants devraient faire leur rentrée dans la petite école communale, en septembre 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.